L’art de l’auto-portrait revisité par Juliette Jourdain
Interview

Jeune photographe spécialisée dans le portrait, Juliette Jourdain aime incarner des personnages et se mettre en scène à travers l’art de l’auto-portrait qu’elle revisite. Découvrez son parcours et ses intentions à travers une sélection de ses photographies. Rencontre.

Pourriez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

Durant 3 ans, j’ai étudié la photographie à l’école EFET à Paris, et ai obtenu mon diplôme en 2014. J’ai tout de suite adoré la photo studio, et plus particulièrement le portrait, et me suis spécialisée dedans. Depuis la fin de mes études, je me suis lancée comme photographe  free-lance, avec pour but de réaliser des expositions et de pouvoir créer mon art librement.

Comment peut-on décrire votre style ?

Mon style est assez « fantastique », il tourne principalement autour de la création de personnages et de la transformation, plus ou moins poussés. J’aime faire en sorte que chaque photo soit assez impactante visuellement.

L'art de l'auto-portrait revisité par Juliette Jourdain

D’où vous vient cette culture de l’auto-portrait ?

J’ai commencé à réaliser des auto-portraits avant même d’intégrer mon école photo. C’est de cette manière que je m’entrainais, car cela me laissait beaucoup plus de liberté qu’avec un modèle, mais aussi beaucoup plus de confiance. J’y ai pris goût, et j’ai donc décidé de créer une énorme série sur plusieurs années, composées uniquement d’auto-portraits dont je suis seule actrice de tout le processus ( maquillage, prise de vue, post-prod etc).

Quelles sont les spécificités de se mettre en scène ?

Me mettre en scène me renvoi directement à mes souvenirs de petite fille, l’époque où se déguiser était un jeu quotidien. C’est très amusant de se replonger là-dedans. Mais c’est aussi une très bonne manière de libérer ses émotions, positives comme négatives, en incarnant des personnages qui suivent mon ressenti. Sur mes auto-portraits, il n’est pas question de me dire « est-ce que je me trouve bien ou pas ? », mais « ma photo est-elle à l’image de mes sentiments? ».

L'art de l'auto-portrait revisité par Juliette Jourdain

Vous mélangez différents métiers artistiques, que préférez-vous faire finalement ?

Pour moi, le processus – c’est à dire la préparation physique, l’installation du plateau, la prise de vue, la pose, la post-prod – est un tout et c’est cela qui me plait. J’ai beaucoup moins de plaisir à réaliser une photo si je n’ai pas fait le maquillage ou inversement. Chaque étape est aussi importante qu’une autre à mes yeux, et m’intéresse au même niveau. Elles sont indissociables.

La direction artistique est-elle la partie la plus importante ?

Lorsqu’il s’agit de mes photos, j’aime décider de tout, et, dans la limite du possible, tout réaliser moi-même. La direction artistique, c’est là que toute la création commence, naît. Il est compliqué d’avoir une grande sensibilité face à un projet lorsque l’on suit l’imaginaire de quelqu’un d’autre, et que l’on ne travaille pas directement à partir du sien.

Quelles sont vos inspirations ?

J’écoute énormément mes ressentis et émotions pour m’inspirer dans mon travail. Généralement, une photo à un moment T représente assez bien l’état dans lequel je me trouve. Le cinéma, la musique et la peinture sont également de grandes sources d’inspiration, notamment grâce aux émotions qui s’en dégagent.

Comment se démarquer dans l’univers du portrait ?

Je pense qu’il ne faut pas chercher à suivre des modes ou des effets de mode, mais rester fidèle à ce que l’on veut réaliser sans se laisser influencer. Peut-être faut-il trouver sa « patte », d’une manière ou d’une autre, en trouvant non seulement un intérêt visuel, mais aussi plus personnel. Il ne faut pas non plus avoir peur de mettre en scène ses idées les plus loufoques !

Quel matériel utilisez-vous pour vos créations ?

Le premier appareil photo que l’on m’a offert, et qui quelque part m’a lancé dans cette vocation, était un réflex Nikon. Depuis, je suis restée fidèle à la marque, et je travaille aujourd’hui avec un Nikon D800, que j’ai depuis mes études. Je travaille quasi-exclusivement en studio, et utilise des flashs (2), et possède un seul fond (gris). Ce qu’il faut se dire, c’est qu’avec peu de matériel et de moyens, on peut quand même réussir à réaliser énormément de choses.

Quels sont vos projets pour la suite ?

J’adorerai publier un livre contenant tous mes auto-portraits. Ce qui voudrait dire que le livre serait constitué de 365 photos ! Mais pour cela, il faut déjà que je termine ma série, qui en est pour le moment à 175 photos…

L'art de l'auto-portrait revisité par Juliette Jourdain

Juliette Jourdain

Jeune photographe spécialisée dans le portrait, Juliette Jourdain aime incarner des personnages et se mettre en scène à travers l'art de l'auto-portrait qu'elle revisite.

son matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Michel Krieg dit :

    Quels magnifiques auto-portraits ! Au salon de la photo, j’ai pu admirer votre travail où j’ai d’ailleurs acheté Normal n°9 avec votre dédicace… Bravo encore et bon courage pour terminer votre série.