Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Reportage

Après plus de 6 mois à rester soit confiné soit dans ma région, l’envie de repartir vers les hautes latitudes était plus que jamais présente. Une envie d’évasion, de reprendre un grand bol d’air frais, de sortir de cette morosité ambiante. Accompagné de son acolyte dans le cadre de leur agence Renardo & Puffinou, ils sont donc repartis là-haut, en Finlande cette fois, mais à une saison qu’ils n’avaient pas encore éprouvé dans ces contrées : l’automne. Pour l’occasion, le Nikon Z7 a suivi le photographe Pierre Destribats dans cette aventure et son capteur en a vu de tous les couleurs ! Il nous raconte …

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Quoi de mieux que de prendre de la hauteur pour apprécier le spectacle à sa juste valeur, se rendre compte de l’étendu du phénomène. Au lever du soleil, les couleurs et contrastes sont encore plus vifs, la nature se réveille peu à peu alors que nous sommes réveillés depuis 6h, afin d’arpenter la colline pour être aux premières loges. Le Nikkor 70-200mm F/2 8 que j’ai adapté avec la bague FTZ me permet alors d’aller me perdre dans le paysage, d’y découvrir des arbres aux couleurs singulières, des détails, comme ici cette vieille cabane en bois au milieu de la tourbière. Je me mis à rêver qu’un élan pourrait soudainement traverser, mais ça ne sera pas pour cette fois.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

L’automne en Laponie

Durant ces 10 jours passés dans la région du Pallastunturi, seul un matin nous a offert un lever de soleil comme rarement j’en ai vu ! A peine eu le temps de finir de boire ma tasse de café et de me réchauffer au coin du feu allumé au réveil que les toutes premières lueurs apparaissent prometteuses. Des nuages épais en tout genre ont couvert le ciel à l’exception de l’horizon, vers le soleil. Plus de doute, si cela reste ainsi, le ciel va s’embraser ! Cinq minutes plus tard, je me poste au bord du lac, trépied en position basse près de la berge. Des nuages du genre mammatus s’invitent au tableau et rajoutent un coté dramatique à la scène. Pas le choix que de visser un filtre GND devant le grand angle tellement le contraste est saisissant ! Pour le reste, la dynamique énorme du Nikon Z7 fera le reste… j’arriverai à rattraper facilement les hautes et basses en lumières au post-traitement et reste encore les yeux émerveillés devant tant de beauté.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Mais l’automne en Laponie est aussi synonyme de brumes et brouillards parfois tenaces, des conditions que je préfère d’ailleurs car tout est plus subtil, plus doux. La lumière t’ébloui à travers les brumes puis disparait à nouveau. Des silhouettes apparaissent, tout est cotonneux. Les formes sont suggérées, la nature se fait timide.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Encore une fois dans ces conditions, c’est le Nikkor 70-200mm F/2,8 VRII qui est resté vissé sur le Z7 car son range m’a permis de pouvoir me focaliser sur des formes et graphismes particuliers. Même dans du brouillard parfois très dense, l’AF accroche de suite et le piqué est toujours là, surprenant !

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

A la mi-septembre, la neige n’avait pas commencé à tomber où nous étions, cependant la pluie s’est souvent invitée durant les journées. Des ciels chargés, bien bas, des nuages jouant dans les cimes presque pelées à ces latitudes laissant d’immenses pierriers couvrant les plus hauts sommets.

La tropicalisation du Z7 couplé à la bague FTZ et au 70-200 a très bien fonctionné, bien que je m’empressais quand même de sécher le tout une fois rentré à l’abri.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

J’ai remarqué que lorsque le temps était chargé et la végétation humide, les couleurs étaient plus profondes, ressortaient d’avantages. Certes, nous avions observé de très belles couleurs chatoyantes au couchant, mais photogéniquement parlant, sans commune mesure avec ces ambiances vraiment automnales. Surement un tout, avec le fond de l’air bien frisquet, pas ou souffle de vent, une humidité omniprésente, une odeur de sous-bois… des conditions idylliques pour shooter serein et profiter de l’instant. Pour preuve, cette image avec un beau miroir, par une matinée au plafond nuageux bien bas…

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Durant ces matinées grises, c’était aussi le moment pour aller visiter les forêts et bords de rivières. Ici aussi, pas de doute sur la saison, la « Ruska » est à son apogée. Chaque essence d’arbre tire vers des couleurs aux teintes superlatives, encore vert pour certain, jaune saturé pour d’autre, orange rouge, voire pourpre ! La palette de couleurs en dense, le tout formant une toile d’artiste. Un torrent à l’eau très fraiche sillonne dans ce dédale végétal, laissant une douce musique pénétrée les lieux.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Les sous-bois sont aussi une occasion de faire de la photo de paysage différemment. Devant moi, je n’ai plus de vastes paysages s’étendant jusqu’à l’horizon, mais des petits décors de quelques mètres carrés pour lesquels j’essaie d’en extraire la saveur. Ici, aucun filtre, le 14-30 F/4 suffit largement à immortaliser la scène. Peu encombrant et très léger, il me permet ainsi de me déplacer plus facilement et sereinement, d’essayer différents points de vue sans avoir l’impression d’avoir un poids mord à bout de bras. Son piqué est tout bonnement excellent, même vissé devant le capteur plein format de 45,7Mpx du Z7. Un couple boitier/objectif de premier choix pour de la photo de voyage !

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

La polyvalence du Nikon Z 7

Ce voyage a aussi été l’occasion de faire un peu de photo animalière. Je savais en atterrissant là-haut que les chances d’apercevoir des rennes, voire des élans, seraient grandes. Pour les élans, on les sent bien présents par leurs traces au sol très nombreuses, notamment dans les tourbières, mais vraiment compliqué à voir sans se mettre à l’affut. Le seul animal aperçu fut le premier soir, traversant la route dans la pénombre.

En revanche pour les rennes, sans surprise, cela fut bien plus aisé. A cette période, ils profitent encore des monts et collines sans neige pour trouver facilement de la nourriture et en abondance. Les rennes sauvages dans cette partie du monde sont rares, ils appartiennent pour la plupart du temps aux éleveurs du peuple autochtone local, les Samis. Ce matin-là, au lever du soleil, un petit groupe de quelques individus est apparu en contre-bas, avec la forêt multicolore en arrière-plan, me permettant ainsi d’isoler ce renne grâce à mon 70-200mm F/2,8.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Ce que je cherchais réellement à essayer depuis le départ, c’était d’avoir un renne devant l’objectif à contre-jour et pouvoir ainsi jouer avec la lumière. Autant trouver des rennes n’est pas compliqué, cependant avec le soleil à l’arrière, bas sur l’horizon, ce fut une autre paire de manches. Un première fois, j’ai cru pouvoir le faire après avoir trouvé une vingtaine d’individus à flanc de montagne, posés au soleil, mais le temps de me placer du bon côté, le soleil était déjà trop haut et le groupe s’était déplacé pour se nourrir…

Mais, l’avant dernière soirée, alors que j’étais parti à la recherche de bouleaux dorés par les derniers rayons de soleil, j’ai remarqué un petit groupe, trois adultes et un jeune se prélassant paisiblement au soleil. Je restai à distance pour ne pas les effrayer et me plaçai idéalement avec le soleil en arrière, plein axe, muni encore en toujours du 70-200mm. Un des rennes s’immobilisa, ma photo rêvée était là, devant-moi.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

L’automne en Laponie, alors que les nuits se rallongent jour après jour, il n’y a pas que la végétation qui change de couleur. Les aurores font alors leur grand retour ! En fait, elles ne disparaissent jamais vraiment, seulement qu’il faut qu’il fasse nuit (et beau !) pour tenter de les apercevoir. Ceci n’est pas possible en été sous les hautes latitudes, où le soleil ne se couche plus pendant plusieurs semaines.

Cette nuit-là, une des premières du voyage, plus un nuage, l’épais plafond gris s’est évaporé laissant un ciel complètement limpide avec un prime la belle et grande voie lactée devant moi. La lune est absente, pas de neige au sol qui réfléchirait un tant soit peu la lumière résiduelle du ciel, bref la vraie nuit noire… Un bel exercice pour le Nikon Z7 que je n’hésite pas à pousser dans ses retranchements : 10 000 ISO. Le bruit est relativement bien géré malgré les 45,7Mpx du capteur et le traitement reste aisé derrière. Je trouve alors ce plan d’eau au milieu la vaste tourbière pour immortaliser ce dernier instant avant de retrouver la chaleur de mon duvet, près du feu.

Intermède automnal en Laponie : le spectacle de la « Ruska »

Ce voyage de repérage se transformera très certainement en nouveau voyage photo l’automne prochain si les conditions d’accès au pays le permettent bien entendu.

En attendant, les deux photographes proposent toujours des séjours photo en Laponie en plein hiver ! Vous pouvez également retrouver l’ensemble du travail de Pierre Destribats sur son site internet.

Pierre Destribats

Pierre Destribats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*