Repousser les limites de la ligne de front du photojournalisme (1/2)

Reportage

Nikon soutient le monde du photojournalisme depuis de nombreuses décennies maintenant. C’est dans ce contexte là que l’AFP, l’une des 4 grandes agences de presse mondiales, collabore étroitement avec Nikon depuis 1999. Les deux parties ont d’ailleurs signé un solide contrat de partenariat en 2017 pour un soutien mutuel. Les technologies visant à ouvrir de nouvelles possibilités pour le photojournalisme naissent d’un profond respect mutuel et d’idées inspirantes qui définissent ce partenariat que nous vous présentons.

Repousser les limites de la ligne de front du photojournalisme (1/2)

La salle de montage de l’AFP où sont produites 3 000 images par jour, soigneusement sélectionnées parmi les nombreuses images envoyées par les photographes du personnel qui documentent les différents coins de la planète.

Rapide, précis et 24h/24 7 jours/7

Une course contre la montre – C’est ce qui définit le métier d’agence de presse. L’AFP, dont le siège se trouve à Paris, en France, ne fait pas exception à la règle et gère son activité en plaçant la rapidité au centre de ses préoccupations. Elle couvre un large éventail de sujets d’actualité, notamment la politique, le sport, les zones de conflit, les affaires sociales et environnementales et la culture, avec 450 photographes travaillant dans 151 pays. Ils distribuent 3 000 photographies de qualité à travers les principaux médias du monde en temps réel, 24 heures sur 24.

La course de vitesse est inscrite dans l’ADN de l’AFP depuis de nombreuses années, et elle s’est battue pour rester au sommet de son art. « Lorsque nous couvrons l’actualité, nous essayions de livrer nos photos à temps selon les délais des journaux et des magazines », explique François-Xavier Marit, Rédacteur en Chef Technique de l’AFP Photo, « C’était le sens de la vitesse à l’époque. Aujourd’hui, le sens est complètement différent. Quand tout est numérique et que les images circulent en permanence sur les réseaux sociaux, l’échéance est en temps réel et permanente. Imaginez un événement où les meilleurs athlètes du monde s’affrontent dans le sprint de 100 mètres. L’AFP couvre l’événement avec 10 photographes et 15 appareils à distance supplémentaires. Un total de 25 boitiers prend plusieurs milliers de photos sur une période de 10 secondes et les transfère à nos rédacteurs qui recadrent et apportent de petites retouches à ces photos en temps réel. Nous utilisons pour cela des appareils photo Nikon qui sont très performants pour transférer des images tout en prenant des photos simultanément. Pouvez-vous croire qu’il faut moins d’une minute entre la prise de vue et la distribution des images aux médias ? »

Toujours en première ligne, cette course ne s’arrête jamais mais c’est le travail quotidien de l’AFP que de faire évoluer les technologies pour que la qualité des photos et la vitesse de livraison ne cessent de s’améliorer. Et le NPS (Nikon Professional Service) les accompagne toujours dans cette quête.

Repousser les limites de la ligne de front du photojournalisme (1/2)

François-Xavier Marit, Rédacteur en Chef Technique AFP Photo (à gauche), explique les demandes d’amélioration du D5 à Ludovic Drean (à droite) du NPS France.

Aider à matérialiser de nouvelles méthodes de prise de vue – avec le soutien du NPS

« Le soutien à l’AFP existe depuis 1999, date à laquelle Nikon a lancé le D1, le reflex numérique professionnel », explique Ludovic Drean du NPS France.

« Nous fournissons différents services tels que le prêt et la réparation de matériel à l’AFP en tant que client majeur afin qu’elle puisse effectuer des missions où qu’elle soit dans le monde. Je ne crois pas que notre relation ait jamais été à sens unique. Chaque jour, nous recevons de la part des personnes passionnées et visionnaires de l’AFP des idées inspirantes pour améliorer les technologies au service des photographes. Il leur faut énormément de temps et d’énergie pour se préparer et réussir à photographier des événements sportifs de niveau international. Dans un environnement aussi compétitif, les membres de l’AFP réfléchissent soigneusement à la manière de réaliser de meilleures images et de les transmettre plus rapidement au monde entier en utilisant du matériel Nikon. Nous pouvons tirer des enseignements de leurs commentaires, qui s’appuient sur une expérience profonde et étendue, et améliorer nos technologies pour mieux soutenir les photographes. »

Il existe de nombreuses caractéristiques et fonctions dont les idées originales sont venues de l’AFP. Nous transmettons ces idées de l’AFP aux ingénieurs de Nikon, et c’est grâce à eux que ces inspirations prennent vie. Les nouvelles technologies qui en résultent aident davantage de photographes dans le monde, bien au-delà du cercle de l’AFP. Par exemple, la fonction qui permet aux photographes d’activer l’Auto ISO en tournant la molette de commande tout en appuyant sur le bouton ISO. Cette fonction peut sembler simple, mais elle est d’une aide précieuse pour les photojournalistes qui ne peuvent pas se permettre d’hésiter dans le feu de l’action.

Repousser les limites de la ligne de front du photojournalisme (1/2)

François-Xavier Marit mettant à l’épreuve le D6 Custom Group-Area AF (à gauche) et l’ingénieur Nikon Mitsuteru Hino qui a conçu cette fonction (à droite).

Développement de nouveaux modes de zone AF pour le D6 afin d’élargir les scénarios de prise de vue réussis

La communication entre l’AFP et Nikon est devenue beaucoup plus fréquente depuis 2017, date à laquelle ils ont passé un contrat de partenariat, pour viser au développement de technologies permettant de nouvelles méthodes de prise de vue. L’un des résultats de ce partenariat s’est concrétisé par la fonction Custom Group-Area AF intégrée au D6, le reflex numérique connu pour ses performances AF sans précédent dans l’histoire de Nikon.

« Les membres de l’AFP font des demandes basées sur leur expérience d’un large éventail de scénarios de prise de vue dans différents coins du monde et sur leur connaissance de la façon d’utiliser correctement les appareils photo », explique Mitsuteru Hino, l’un des ingénieurs qui a participé à la création du D6. « Ils nous ont montré des scènes spécifiques où les modes de zone AF conventionnels auraient eu du mal à gérer. Ils avaient une vision claire de la prise de vue de certains sujets sous certains angles dans des scénarios spécifiques – bien sûr, avec un AF très précis. Ils nous ont proposé qu’il serait possible de faire un autofocus précis et de continuer à suivre des sujets habituellement difficiles en modifiant la taille de la zone AF sélectionnable horizontalement et verticalement. L’idée était surprenante ».

Grâce à cette fonctionnalité, vous pouvez effectuer un autofocus précis sur le coureur de tête d’un sprint de 100 mètres, même si vous ne savez pas quel athlète va gagner la course. « Nous nous renseignons parfois auprès de l’AFP pour comprendre d’où viennent les demandes et nous aider à avancer dans la bonne direction. Connaître le contexte de leur demande, y compris les scènes spécifiques où ils ont pensé pour la première fois à cette demande, fait la différence. En tant qu’ingénieurs, il est important pour nous de nous mettre à la place de nos utilisateurs afin de rendre la technologie utile pour eux. »

Une passion commune pour écrire une nouvelle histoire de la technologie de l’imagerie

 

Ludovic Drean
NPS France, Nikon France

Traiter au quotidien avec des personnes aussi passionnées que François à l’AFP est une aventure extraordinaire pour le NPS. L’AFP est considérée comme une référence dans le secteur et beaucoup essaient de suivre leur rythme, ce qui n’est pas facile du tout. Pour moi, échanger des opinions avec eux et fournir des services basés sur la confiance mutuelle ne ressemble pas à un travail mais à une aide entre amis.

François-Xavier Marit
Département Innovation Photo de l’AFP

Entre le NPS et l’AFP, nous avons une passion commune pour la recherche de l’excellence, une contribution à l’écriture de l’histoire des technologies de l’image. Nous estimons avoir la responsabilité de construire des solutions, dont l’usage va au-delà de nos propres besoins. Nous sommes tous alignés sur le même objectif : Aller plus loin ensemble.

Mitsuteru Hino
Secteur Développement, Unité commerciale Imagerie, Nikon Corporation

Les membres de l’AFP ont rencontré de nombreuses situations de prise de vue que nous, ingénieurs, ne pouvons même pas imaginer. Chacune de leurs demandes d’amélioration des boitiers a un poids énorme pour moi. Bien que nos discussions soient parfois intenses, je crois que c’est parce qu’ils attendent beaucoup de nous en tant que partenaires. Les commentaires de l’AFP nous indiquent, à nous ingénieurs, une direction claire pour améliorer nos appareils à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*