Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Tuto

La période de confinement a été l’occasion de challenger notre créativité. Restez à la maison ne veut pas dire que nous ne pouvons pas profiter de la nature et de la vie sauvage. Presque tout le monde, quel que soit l’endroit où il vit, a une forme de vie sauvage à sa porte. Pour ce défi #CreateYourLight, nous nous tournerons vers des moyens plus créatifs de photographier les animaux sauvages proche de chez soi.

Les jardins sont une mini réserve naturelle florissante pour les oiseaux, les mammifères et les insectes, même si vous n’avez pas accès à un jardin, tout espace extérieur peut donner de bons résultats. J’ai connu des projets entiers réalisés avec des photographies de faucons pèlerins sur le balcon d’un appartement et, bien sûr, toutes plantes ou fleurs peuvent constituer un environnement pour les abeilles et les insectes. Les araignées domestiques peuvent être elles aussi une cible à envisager. Si vous pensez que votre voisinage immédiat est dépourvu d’animaux sauvages, il ne le sera pas. Regardez de plus près et assurez-vous d’avoir des mangeoires pour oiseaux, de l’eau douce ou quelques plantes pour les encourager à entrer et les laisser partager votre espace.

Conseil n°1 : Pensez large

Ne pensez pas que le téléobjectif est le seul moyen de photographier la faune. Ils sont parfaits pour les portraits et, si le fond n’est pas propre, peuvent aider à l’adoucir. Cependant, dans les espaces plus restreints, un téléobjectif pourrait s’avérer difficile à utiliser. Dans ces conditions, les objectifs plus larges peuvent être beaucoup plus adaptés à la photographie de la faune sauvage chez vous.

Inclure l’environnement est un style d’image qui fonctionne très bien dans la nature sauvage. Montrer l’environnement naturel peut s’avérer payant. Le fait de se concentrer sur un petit sujet et de montrer le jardin nous donne une idée réelle de la façon dont ces petits animaux voient le monde. Cela donne une image beaucoup plus attrayante qu’un portrait sur un fond propre. Les images grand-angle peuvent être beaucoup plus intimes et donner une impression de lieu et d’échelle.

Lors d’une prise de vue en grand angle, l’arrière-plan est tout aussi important que le sujet principal de la composition. Il faut donc veiller à ce que tous les éléments du cadre soient complémentaires les uns avec les autres. Les lignes directrices et les objets situés à différentes distances peuvent tous deux contribuer à ajouter de la profondeur et de l’impact à la photo.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Pour la photo principale, j’ai placé ma remise d’un côté du cadre et mon banc de jardin de l’autre, de sorte que l’écureuil soit situé entre les deux. Pour la photo ci-dessous, j’ai tiré parti d’un autre aspect important des petits objectifs, en les plaçant dans des positions bizarres. En plaçant l’objectif contre la remise, j’ai capturé l’écureuil alors qu’il se dirigeait vers l’objectif. Là encore, j’ai utilisé les deux côtés de la cabane pour créer des lignes allant des bords vers le centre. Cela ajoute de la profondeur et de l’échelle, car la cabane sort de la profondeur de champ en même temps que l’arbre qui se trouve au-dessus,  nous menant au ciel bleu.

"La vie sauvage en milieu urbain" avec Rich Peter

Cette technique permet également de déclencher l’appareil photo à distance. Veillez à utiliser votre appareil photo en mode de prise de vue silencieuse (comme je l’ai fait avec le Nikon Z 7) si vous le pouvez, car les animaux de jardin peuvent être effrayés par le bruit de l’obturateur.

Conseil n° 2 : Suivre la lumière

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

L’éclairage fait ou défait vraiment une photo et peut transformer même le sujet le plus banal en quelque chose de beau. Faites attention de ne pas photographier votre sujet sous un seul éclairage et de penser ensuite que vous avez terminé. Regardez comment la lumière traverse votre jardin pendant la journée – les ombres se déplacent lorsque la lumière change. Cela signifie que différentes photos se présentent à différents moments. Le matin, une zone du jardin qui semble un peu plate et sans inspiration peut sembler magique en fin d’après-midi et vice versa. N’oubliez pas non plus qu’à mesure que les jours passent, la position du soleil dans le ciel change sans cesse. Ce rayon de lumière parfait au bon endroit aujourd’hui pourrait ne pas être là dans une semaine ou même dans quelques jours.

La lumière diffuse :

Si vous avez un bel arbre dans votre jardin ou à proximité, vous pouvez profiter pleinement de la lumière diffuse. Pour ce faire, vous devez photographier vos sujets qui se déplacent dans les puits de lumière à travers les branches de l’arbre. Cela fonctionne bien à tout moment de la journée. En début de matinée ou en fin de soirée, la lumière chaude produit un effet très frappant avec un sujet aux tons dorés qui apparaît dans les ombres. Dans le cas de l’image ci-dessus, le pigeon se promenait sur le toit de mon hangar et lorsque la lumière passait au travers de l’arbre, elle a projeté une ombre. J’ai photographié d’en bas et lorsque le pigeon s’est approché du bord du cabanon, j’ai capturé un point de lumière avec les ombres derrière l’avant du cabanon. Le sujet émerge alors de l’obscurité.

Rétro-éclairage :

Tôt le matin, je reçois ce type d’éclairage près de la maison. L’arrière du jardin est à l’ombre et je suis donc en mesure de photographier des sujets à la lumière. Avec cette ombre, cela me permet d’obtenir un bel arrière-plan sombre et un sujet éclairé. Recherchez les zones du jardin qui produisent des ombres sombres pour y prendre des photos. Selon le degré de dynamique entre les zones claires et sombres, il peut s’agir d’une sous-exposition allant jusqu’à -3 diaphragmes.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Pour l’image ci-dessus, j’ai de nouveau photographié le pigeon sur le toit de mon hangar. Mais cette fois-ci, c’était en fin de soirée et j’étais au fond du jardin. Je me suis positionné de manière à ce que le pigeon soit placé sur le toit de la maison du voisin. La lumière venant de l’avant de la maison, le toit à l’arrière constituait le fond sombre parfait pour que la lumière du bord se distingue.

Lumière nuageuse :

Cette lumière peut être merveilleuse pour montrer les détails de la fourrure de votre sujet ou, plus agréable encore, les détails dans les sujets sombres. Ne soyez donc pas découragé si la couverture nuageuse est importante. Ce renard a visité mon jardin en fin de journée, lorsque le jardin tout entier était plongé dans l’ombre des maisons voisines. La lumière douce a permis une exposition uniforme de la fourrure du renard et de l’herbe environnante.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Silhouettes : 

L’astuce consiste ici a être très attentif aux grandes lignes de votre sujet. Une silhouette est réussie non seulement lorsque le sujet est évident, mais aussi lorsqu’il est présenté sous forme de contour net et flatteur. Des formes maladroites qui fonctionneraient parfaitement bien lorsque les détails sont visibles, ne fonctionnent pas si bien lorsque tous les détails sont perdus dans les ombres. Faites attention à ce que des parties des sujets ne se perdent pas et ne disparaissent pas dans d’autres objets du cadre. Le bout d’une aile peut sembler bien devant une branche lorsque le détail est visible, mais comme une silhouette, l’aile et la branche ne font plus qu’un.

Il peut être difficile de créer un point focal évident avec les silhouettes, alors faites attention aux petits détails qui peuvent aider à élever l’image et à ajouter de l’intérêt. Cela peut être quelque chose d’aussi simple que d’avoir une petite ouverture sur le bec d’un oiseau ou de capturer le mouvement ou le comportement.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

J’ai deux façons de jouer avec les silhouettes dans mon jardin et toutes deux dépendent de la lumière. La photo ci-dessus est celle du pigeon sur le toit de ma cabane, avec le soleil couchant derrière. La photo ci-dessous est prise sur le mur de mon jardin. En fin d’après-midi, il faisait sombre avec une vue dégagée du ciel derrière. Donc, dans votre propre jardin, cherchez des occasions de photographier des sujets contre le ciel. Les murs et les clôtures du jardin offrent de parfaites opportunités pour cela.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Conseil n°3 : Utilisation du flash hors caméra

L’introduction du flash hors champ peut permettre de réaliser des images qui ne pourraient tout simplement pas être capturées sans une source de lumière artificielle, ou même avec un flash sur l’appareil. N’oubliez pas qu’il est essentiel d’ajouter une boîte à lumière souple lorsque vous utilisez des flashs avec des animaux sauvages. Si vous n’en avez pas, vous pouvez bien sûr en fabriquer une vous-même, comme vous l’avez peut-être vu dans l’un des vidéos de Neil Freeman #CreateYourLight. Le flash peut être utilisé pour ajouter simplement de la lumière afin de remplir les ombres, mais il peut aussi être utilisé de manière plus créative, comme dans la synchronisation au second rideau. Sous un bon éclairage, la combinaison du second rideau et une vitesse d’obturation plus lente peut vous permettre de capturer le mouvement du sujet et de le figer en même temps. C’est une technique délicate à mettre en œuvre, mais elle donne à l’image un aspect merveilleux et beaucoup plus unique. Elle fonctionne mieux avec des sujets se déplaçant rapidement et comme vous pouvez le voir ici avec des oiseaux en vol, elle est parfaite pour montrer le mouvement des ailes.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Soyez très prudents avec le flash et les animaux sauvages. Pendant la journée, la lumière ambiante est trop forte et vous n’obtiendrez probablement aucune réaction des animaux, mais leur bien-être passe toujours en premier. Soyez toujours responsable et ne réglez pas un flash à pleine puissance et ne le déclenchez pas à hauteur des yeux de votre sujet.

Le flash peut être considéré comme une méthode de prise de vue compliquée, mais je l’utilise avec une méthode très simple. Réglez d’abord l’exposition de l’appareil photo pour capturer la lumière ambiante – c’est l’exposition de base. Une fois que vous avez cela, utilisez le flash et passez en mode manuel – ce qui équilibre l’exposition de base.

De la manière la plus simple, vous pouvez utiliser le flash pour remplir les ombres. Dans ce scénario, vous voulez que l’exposition de base expose réellement le reste de l’image correctement. Tout ce que vous faites ici, c’est utiliser le flash pour remplir les ombres sur le sujet. C’est un moyen simple et efficace de commencer à expérimenter avec la lumière artificielle.

C’est lorsque vous commencez à introduire la synchronisation du second rideau et des vitesses d’obturation plus lentes que les choses peuvent devenir plus intéressantes. C’est ma façon préférée d’utiliser le flash pendant la journée. L’astuce de ce type d’image est d’avoir le sujet dans la lumière mais de photographier sur un fond sombre. Les niveaux de lumière ambiante sont cruciaux, car ils doivent être suffisamment faibles pour utiliser une vitesse d’obturation lente sans surexposer le sujet, mais suffisamment clairs pour permettre aux ombres de s’y glisser également. Un conseil si vous ne pouvez pas trouver un arrière-plan assez sombre est de placer quelque chose à l’arrière-plan, comme un drap ou une serviette. Vous photographiez à la maison, alors tout ce qui vous aide à être créatif est le bienvenu !

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Il s’agit ensuite de régler la synchronisation du second rideau, de mettre en place le flash et d’attendre que le sujet se mette en place dans le cadre. Pour de meilleurs résultats, verrouillez l’appareil photo et ne prenez des photos que lorsque le sujet est dans le cadre. Déplacer l’appareil photo pour suivre le sujet ne fonctionnera pas car le flash ne se déclenche que dans une zone spécifique. Enfin, vous pouvez aller un peu plus loin et, si vous avez la chance de les voir, photographier les animaux qui vous rendent visite la nuit.

C’est un style encore plus difficile à maîtriser, mais essayez-le et les résultats peuvent être payants. La beauté d’une prise de vue de nuit est que vous maîtrisez parfaitement la lumière, vous pouvez donc vraiment laisser libre cours à votre imagination. La clé de ce type de prise de vue est la façon dont vous exposez la lumière ambiante avec votre exposition de base. Par exemple, une vitesse d’obturation élevée de 1/250 supprimera toute la lumière ambiante, ce qui vous permettra d’éclairer la scène exactement comme vous le souhaitez. Vous pouvez également opter pour des vitesses d’obturation plus lentes, allant jusqu’à 30 secondes. Cela vous permettra de capturer beaucoup de lumière ambiante et est idéal pour voir le ciel nocturne. Votre flash se déclenche alors au début de l’exposition – en synchronisation frontale. Les lumières exposeront le sujet sur l’image et même après qu’il soit parti, il reste parfaitement net sur la photo. Le contrôle total de la source lumineuse principale vous permettra de réfléchir aux moyens de mettre en valeur votre sujet ou d’autres parties du cadre.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Il y a deux façons de déclencher votre appareil photo la nuit : soit avec un déclencheur à distance, soit avec un détecteur de mouvement. Ce dernier vous permettra de laisser l’installation sans surveillance, mais le déclenchement à distance fonctionne tout aussi bien à condition que vous restiez assis à la fenêtre pendant quelques heures chaque nuit.

La photo de nuit implique l’utilisation de flash, une nouvelle fois, il est très important de s’assurer que vous utilisez des boîtes à lumière souples. De plus, comme vous photographiez dans l’obscurité, placez les lumières plus haut et orientez-les vers le bas et jamais directement en face de votre sujet. Il est également essentiel que vous utilisiez l’ouverture et la sensibilité ISO pour augmenter la sensibilité de l’appareil au flash, donc prenez des photos à haute sensibilité ISO avec un flash de moindre puissance. Idéalement, essayez de ne jamais régler votre flash à plus de 1/32 ou, au plus, 1/16 de sa puissance maximale la nuit.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Conseil n°4 : Regardez en haut !

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

La faune n’est pas seulement à la hauteur des yeux et si vous vivez dans un environnement urbain, il y a de fortes chances que vous ayez de nombreux bâtiments à proximité. Même si ce n’est pas le cas, l’immeuble dans lequel vous vivez aura probablement un toit. C’est là que vos longues lentilles entreront en jeu. L’une des maisons voisines de la mienne possède ces merveilleuses tuiles faîtières ornementales de couleur orange qui contrastent parfaitement avec les tuiles d’ardoise qui se trouvent en dessous. Ces formes ajoutent un merveilleux élément graphique à la photo.

En utilisant une gamme d’objectifs de moyenne à longue portée, vous serez étonnés des compositions que vous pourrez créer. La beauté ici est que vous n’avez pas besoin de remplir le cadre. Un petit cadre peut très bien fonctionner, car l’environnement joue un rôle important dans la narration de l’histoire. Un petit étourneau dans le cadre sur une cheminée peut sembler assez ennuyeux. Mais si vous ajoutez un beau coucher de soleil en lumière latérale, la scène est transformée.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Vous pouvez également utiliser les silhouettes pour obtenir de merveilleuses formes qui se détachent des tons chauds du coucher de soleil. Un autre conseil : si vous vous trouvez avec un ciel clair mais gris, essayez d’abaisser votre balance des blancs aux valeurs kelvin les plus froides pour créer une image qui ressemble davantage à celle qui a été prise dans l’heure bleue.

Lorsque vous prenez des photos sur les toits, cela peut sembler évident, mais n’oubliez pas de monter à l’étage et de shooter aussi par les fenêtres. Plus vous montez, plus vous pouvez regarder sur les toits. J’ai tendance à trouver que le niveau du sol convient mieux aux silhouettes et permet de nettoyer les images en une dimension. La prise de vue depuis une position élevée convient aux images ayant plus de profondeur et un plus grand sens de l’échelle.

Photographier la vie sauvage en milieu urbain : les conseils de Richard Peter

Enfin, amusez-vous – on ne sait jamais ce qui peut voler au-dessus de nos têtes quand on regarde le ciel. Alors que je filmais une vidéo, un aigle (cerf-volant rouge) a volé au-dessus de mon jardin pour la première fois depuis sept ans que je vis dans la maison. Une merveilleuse rencontre et une image à ajouter à mon portfolio.

Richard Peter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*