Rendre l’ordinaire extraordinaire avec le « Focus Stacking »

Tuto

Il y a la mise au point (le focus) et l’empilement de mise au point, le « Focus Stacking ». Le Focus Stacking est une technique qui permet d’obtenir des images en gros plan d’une profondeur et d’un niveau de détail supérieurs à ceux des gros plans classiques.

© David Leaser
© David Leaser - Le Banksia speciosa, communément appelé le Banksia voyant, est une espèce de grand arbuste ou de petit arbre. Dans Photoshop, David a masqué l'arrière-plan pour réduire l'effet du flash sur les photos : "Je voulais qu'elles aient de la dimension, mais pas de luminosité", explique-t-il.

Ce que fait le focus stacking, c’est étendre la profondeur de champ en macrophotographie. Si n’êtes pas familier avec cette technique, vous pouvez vous demander pourquoi vous voudriez faire cela, vous pourriez régler votre focale à f/11, f/16 ou f/22 et obtenir une grande profondeur de champ. La mise au point par empilement, cependant, est une approche totalement différente et un moyen d’atteindre un objectif qui va au-delà des images familières en gros plan.

© David Leaser
La configuration du home studio de David Leaser avec le D850 et le 60mm Micro NIKKOR, les Speedlights SB-R200 et le SU-800 Commander en place. Notez la lampe pilote LED à gauche, fixée à un trépied bon marché, qu'il utilise pendant la mise au point, puis éteint avant de commencer la photographie. Il utilise des pinces à plantes Wimberley PP-200 "pour maintenir les plantes stables et les positionner avec précision" et des tubes d'eau pour les fleurs coupées à tige unique afin de les maintenir hydratées. Toutes les photos de cet article ont été prises avec le D850 et l'objectif AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED à 1/60e de seconde, f/8 et ISO 64.

La mise au point par empilement permet d’obtenir le type de photographies saisissantes que vous voyez ici. Pour les créer, le photographe d’art primé David Leaser a pris plusieurs photos de ses sujets floraux à différents points de mise au point. Puis, à l’aide d’un logiciel, il a superposé les différentes photos pour créer une image finale extrêmement nette et détaillée.

© David Leaser
Le Grevillea est un genre diversifié de plantes à fleurs à feuilles persistantes. "Les étamines rouges rouge ont commencé à s'ouvrir au cours du processus ", explique David, " mais heureusement, aucun mouvement n'a été enregistré sur les images ".

La Genèse

Il y a environ dix ans, alors qu’il photographiait des paysages en Amazonie, David s’est retrouvé captivé par « les plus petits êtres vivants de la forêt tropicale », y compris les plus petites fleurs. Réalisant que même les meilleurs objectifs de gros plan ne pouvaient pas obtenir la profondeur de champ qu’il voyait dans ces fleurs, sans parler des détails que même l’œil manque souvent, il a commencé à expérimenter la technique du Focus Stacking. Il voulait capturer et partager « une vue de la nature à hauteur d’abeille », et cette technique était le moyen d’y parvenir.

Lorsqu’il a utilisé cette technique pour la première fois, il a monté son D3X et son objectif 60mm Micro NIKKOR sur un dispositif de rail motorisé qui déplaçait l’appareil photo et l’objectif vers son sujet à des intervalles prédéfinis. Le rail a déplacé l’appareil photo et l’objectif plus près du sujet en prenant plusieurs photos à intervalles précises. Chaque image capturait donc une zone de mise au point différente.

Aujourd’hui, David utilise le Nikon D850 car, la capacité est intégrée à l’appareil photo. (Elle est également présente dans les appareils photo hybrides plein format et reflex Nikon. Avec les nouveaux appareils photo hybrides Z 6 et Z 7, la prise de vue avec décalage de la mise au point ajoute une nouvelle fonction « Peaking Stack Images ». Cette fonction, lorsqu’elle est activée, utilise le focus peaking pour créer une superposition de prévisualisation en noir et blanc qui peut être utilisée pour vérifier la mise au point après la prise de vue). Avec la fonction de mise au point par empilement du D850, l’appareil photo lui-même ne bouge pas. Les avantages par rapport au système de rail sont les suivants : moins de pièces mobiles, moins de réglages, moins d’équipement à transporter lors des prises de vue en extérieur et aucun besoin d’alimentation électrique ou de piles pour le rail.

« Les résultats que j’obtiens avec le D850, compte tenu de mon intérêt pour l’art du processus et de la capacité à communiquer ce que je vois, sont égaux aux résultats du système sur rail », déclare David. En fait, à un certain égard, les résultats sont meilleurs car le fait de tourner les éléments de l’objectif plutôt que de déplacer l’appareil photo réduit, voire élimine, un problème de parallaxe auquel le logiciel d’empilage devait faire face. (En photographie, la parallaxe est la différence entre un sujet vu à travers l’objectif et la façon dont il est capturé par le capteur. Cette différence se produit le plus souvent lorsque l’objectif se rapproche du sujet).

Avec le D850, le processus de prise de vue des différentes photos qui composeront l’image finale est pratiquement automatique. Cependant, il ne s’agit pas d’une technique : il y a du matériel à installer, des sélections de menu à faire et des essais à réaliser. Mais selon David, c’est là que la partie créative du processus entre en jeu.

Si vous souhaitez créer vos propres photos de mise au point, ou si vous le faites déjà à l’aide du système de rail motorisé et que vous souhaitez simplifier le processus, voici comment David s’y prend.

© David Leaser
Osteospermum, connu sous le nom de marguerite africaine, est un genre de la famille des tournesols/marguerites. "Cette image fait partie de la collection créée au Huntington la première fois que j'ai photographié avec le D850", explique David.

La configuration

L’équipement de David comprend un objectif AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED sur son D850, un trépied robuste (un Manfrotto 3251), une petite lampe LED à pince, un fond (il a utilisé du velours noir pour les photos ici) et un logiciel d’empilement (son choix parmi les programmes disponibles est Zerene Stacker).

Et encore une chose. Si vous avez vu les photos qui accompagnent cet article, vous avez probablement compris que le facteur le plus important dans leur création est la lumière. Plus précisément, le contrôle de la lumière.

Le système sans fil Speedlight pour gros plans de Nikon nous permet de le faire. Il est disponible en deux configurations : le R1, avec deux SB-R200 Speedlights, une bague de fixation et une sélection d’adaptateurs d’objectifs sur lesquels fixer la bague ; et le R1C1, qui comprend deux SB-R200 Speedlights, l’unité de commande SU-800, la bague de fixation et les adaptateurs d’objectifs. Vous pouvez ajouter des Speedlights SB-R200 supplémentaires, ce que David a fait ; sa configuration de flashs comprend le plus souvent cinq SBR200. « Le nombre de Speedlights que j’utilise est dicté par la taille et la proximité [de l’objectif] du sujet », explique-t-il. « Je veux de la lumière sur tous les côtés du sujet, et s’il est très proche de l’objectif, il est important d’obtenir de la lumière jusqu’au bas du sujet. »

© David Leaser
Le Paphiopedilum hookerae, communément appelé orchidée pantoufle, est une espèce endémique de Bornéo. "Je voulais surtout voir comment le D850 capturait et affichait les détails, mais comme c'était la première fois que j'utilisais l'appareil, je ne m'attendais pas à produire des images que je pourrais ajouter à mon portfolio. Je me suis rendu compte que j'avais réussi à faire les deux : montrer les détails que la technique d’empilement des mises au point du D850 permet d'obtenir et capturer des images de la nature qui m'émeuvent - et qui pourraient en émouvoir d'autres ".

Les menus

Tout est contrôlé à partir de l’appareil photo, et le passage en Focus Stacking est assez simple, même si vous devez également consulter le manuel du D850.

Tout d’abord, accédez au menu de prise de vue par décalage de la mise au point de l’appareil, qui propose des paramètres pour la largeur de pas, le nombre de prises de vue et l’intervalle de temps entre les prises de vue. La largeur de pas contrôle la distance à laquelle les éléments de l’objectif se déplaceront pour se rapprocher photographiquement du sujet ; David sélectionne 3 dans le menu déroulant. Ensuite, vous devez sélectionner le nombre de prises de vue que l’appareil prendra pour votre composite (image finale ?) ; David choisit généralement entre 50 et 125 en fonction de la taille et de la profondeur de son sujet. La sélection de l’intervalle de temps détermine le temps qui s’écoulera entre les prises de vue. « C’est important car les flashes se recyclent très rapidement, mais il faut en tenir compte », explique David. Il règle ce menu sur 00, qui est la valeur par défaut pour cinq images par seconde.

Vos choix peuvent être différents en fonction de vos sujets, de leur taille et de l’objectif Micro NIKKOR que vous utilisez.

© David Leaser
Une fleur de Protea, un genre de plantes à fleurs sud-africaines, parfois aussi appelées érablières. David n'a pas utilisé toute l’ensemble des d'images ici, car les feuilles vertes derrière elles étaient si gênantes qu'il a supprimé les dernières images de la pile - les images nettes - en laissant les premières images floues pour adoucir l'effet global des feuilles sur la photo.

Conseils et astuces

Voici quelques-unes des choses que David a apprises lors de ces expérimentations :

  • La batterie de l’appareil photo doit être chargée au maximum, vous êtes donc sûr de prendre 120 photos ou plus.
  • VR désactivée car l’appareil est sur un trépied.
  • Les réglages standards de David pour ses photos en focus stacking sont 1/60 seconde, f/8, ISO 64.
  • Dans le menu Prise de vue avec décalage de la mise au point, assurez-vous que l’option Photographie silencieuse est désactivée. Si elle est activée, elle désactivera la photographie au flash.
  • David suggère d’activer le lissage de l’exposition. disponible dans le menu Focus Shift Shooting. « Le lissage permet d’obtenir des expositions plus douces et plus cohérentes « .
  • La mise au point est essentielle. Le mode de changement de mise au point du D850 règle automatiquement l’appareil sur l’autofocus, mais avant que David ne sélectionne ce mode, il établit manuellement le point de départ de la mise au point, qui est très important. Il a modifié son D850 avec un oculaire grossissant (objectif grossissant ?) Nikon DK-17M, qui lui permet de voir facilement les détails dans le viseur. « J’utilise également l’aperçu de l’écran LCD et je zoome pour assurer une mise au point précise « , explique-t-il. Et il utilise parfois une Loupe de visualisation optique sans reflets Hoodman H32MB HoodLoupe pour les écrans LCD 3,2 pouces des reflex numériques pour agrandir l’affichage. L’effort supplémentaire en vaut la peine ; comme nous l’avons dit, « la mise au point est essentielle ».
  • La distance aussi est importante. À quelle distance de son sujet se trouve l’élément frontal de l’objectif dans ses montages ? « Il peut être très proche – à quelques centimètres près, selon la taille de la fleur, mais pas au point qu’il soit difficile de l’éclairer au flash. »
  • Ce qui signifie qu’un essai est indispensable. « Je prends des photos test individuelles pour déterminer la distance entre l’objectif et le sujet pour obtenir le meilleur éclairage. L’éclairage est la chose la plus importante à tester. Je sais alors que la mise au point va fonctionner – l’éclairage est le problème majeur. »
  • Vous n’en voulez pas de mouvement. Pas lorsque les fleurs ou les plantes sont vos sujets. La chaleur qui monte dans la pièce, l’air conditionné qui se met en marche, l’air qui s’infiltre dans les cadres de fenêtres pleins de courants d’air – les parties délicates des fleurs et des plantes vont bouger. « Une séance typique dure environ 15 minutes », explique David, « et je suis toujours en train de penser au mouvement de l’air, à mon mouvement et au tremblement de l’appareil photo. Une fleur est un être vivant, et les êtres vivants bougent d’eux-mêmes. Une fleur commence à se faner dès que vous la cueillez, et je fais ces photos dans une chambre noire car si une fleur voit de la lumière, elle s’en rapprochera. » En outre, il amène ses sujets dans la chambre noire entre une demi-journée et une journée entière avant la photographie pour les acclimater à l’obscurité. La durée de cette période dépend de la fleur et de sa nature périssable. Un peu de recherche et d’expérience avec votre sujet vous aideront à déterminer le temps d’acclimatation.
  • Le logiciel d’empilement peut aider à résoudre les problèmes de mouvement en effectuant des corrections mineures pour les légers mouvements. « Mais c’est pour cela que je prends jusqu’à 150 photos, parfois plus – afin de pouvoir retirer les mauvaises images et que l’image finale fonctionne toujours. »
  • Le lieu : Une pièce calme et sombre, comme celle mise à la disposition de David à la Huntington Library, Art Collections, and Botanical Gardens de San Marino, en Californie, où il a réalisé les photos que vous voyez ici. « Le Huntington possède plus d’une douzaine de mes œuvres dans sa collection permanente et en expose un grand nombre », explique David. En raison de la qualité de son travail, il a établi une relation de longue date avec le Huntington, qui lui fournit les sujets de ses photos. « Les photographes qui maîtrisent cette technique peuvent faire leurs propres percées », dit-il. « Les jardins botaniques peuvent être de bons clients. Vous pouvez acheter des fleurs au supermarché, travailler chez vous pour obtenir des preuves de la qualité de votre travail, puis approcher un jardin botanique. De nombreux jardins ont besoin de personnes pour photographier leurs collections – je pense qu’il y a là une réelle opportunité. »
  • Enfin, le focus stacking ne se limite pas aux fleurs et aux plantes ou aux grands espaces intérieurs. Les sujets comprennent les insectes, les papillons, les pièces de monnaie, les pierres, les écorces d’arbres, les bijoux, les coquillages, les formations rocheuses et à peu près tous les objets trouvés présentant des structures et des textures complexes. Rendez l’ordinaire magique !

Pour voir d’avantages de photos de David Leaser, visitez davidleaser.com

© David Leaser

David Leaser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Marlot dit :

    excellent article