Test du Nikon Z 7 dans des conditions polaires par Florian Ledoux

Interview

Depuis tout jeune, le goût de l’aventure a toujours poussé cet autodidacte à la recherche de lieux où la nature est reine, pure et vierge, où les couleurs de la terre ne sont jamais les mêmes, où les hommes ont une histoire, où les rencontres forgent l’esprit. A 12 ans lorsque qu’il débute la photographie, Florian Ledoux était loin d’imaginer qu’il y trouverait son moteur de vie. Aujourd’hui son engagement à créer des images nouvelles et significatives est également reconnu par des organismes de conservation tels que l’Union internationale pour la conservation de la nature. Rencontre avec ce passionné qui a testé pour nous le Nikon Z 7 dans des conditions polaires.

Test du Nikon Z 7 dans des conditions extrêmes par Florian Ledoux

Quel équipement utilisiez-vous avant la sortie du Nikon Z 7 ?

Avant la sortie du Nikon Z 7, j’utilisais notamment le D5 et le D850. Ces deux reflex numériques sont parfaits pour shooter les animaux sauvages, notamment le D5 avec sa puissance et sa précision et le D850 pour sa rapidité et sa résolution. J’utilise toujours aujourd’hui ces appareils, cependant maintenant je suis équipé avec du Z 7 que j’aime tout particulièrement utiliser pour sa capacité de vidéos – c’est un super complément dans mon sac à dos. Lors de ma récente expédition en Antarctique, j’ai utilisé le D 5 et le Z 7.

Nikon D 5, AF NIKKOR 14mm f/2.8D ED, 1/320sec, f/7.1, ISO 160

Comment s’est passé l’utilisation du Z7 face aux conditions difficiles de l’Antarctique ?

En Antarctique, j’ai dû faire face à des conditions très difficiles avec de forts blizzards et des températures aux alentours de -15°C. Malgré cela, j’ai utilisé mon Z 7 de la même façon que mon D5 ; je l’ai laissé sur un trépied arrosé par la pluie et recouvert de neige. C’était agréable d’utiliser du matériel sur lequel je pouvais compter et dans lequel j’avais confiance – Kit résistant à l’humidité et aux intempéries – je n’avais pas besoin de me faire de soucis lorsque j’étais sur le terrain. Les batteries du Z 7 ont également duré un certain temps, au moins une journée entière dans un froid glacial. Ce qui a permis une organisation plus facile, sachant que je ne serai pas interrompu au milieu de la journée.

Nikon D 5, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8G ED, 1/500 sec, f/11, ISO 160

Ce que j’aime le plus dans la prise de vue avec le Z 7, c’est définitivement la flexibilité qu’il offre, me permettant de switcher entre vidéo et photographie très facilement.  Je n’aurai jamais pu obtenir autant de prises de vue avec une simple pression sur un bouton. Par exemple, j’ai pu photographier un oiseau Skua volant un œuf dans une colonie de pingouins, ce qui était un moment très rare à saisir. J’étais en train de filmer une scène, dès que j’ai vu ce qu’il se passait, j’ai rapidement changé mon Z 7 en mode photographie pour capturer l’instant présent en images. C’était si spontané et cela reste l’un des moments préférés de mon voyage.

Il y a tant d’autres avantages à shooter avec le Z 7, deux autres aspects que j’adore sont la légèreté de l’appareil photo qui facilite les déplacements et la possibilité d’utiliser mes optiques NIKKOR grâce à l’adaptateur FTZ sur un hybride. Tout au long de mon voyage j’ai principalement utilisé l’optique AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8 ED, un de mes produits de base. Il fournit toujours une belle netteté et est parfait pour capter les paysages ainsi que la faune et la flore.

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-770 f/2.8G ED, 1/250 sec, f/7.10, ISO 6 4

Quelles étaient vos attentes comparées à la réalité ?

Tout au long de ma carrière de photographe, j’ai eu la chance de voyager dans le monde entier, je ne me suis jamais aussi senti préparé que pour l’Antarctique. J’avais l’habitude de photographier dans la marine française et j’ai fait un certain nombre de projets dans la région de l’Antarctique – photographier la faune autour du nord du Canada et du Groenland – donc j’étais définitivement préparé pour voyager sur un bateau et vivre dans des conditions glaciales.

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-70mm

Pourquoi avez-vous décidé de rester 15 jours ?

Au total, mon expédition a duré environ un mois entre mon départ de France et mon retour. Tout au long de mon voyage, j’ai dormi dans un bateau qui naviguait sans arrêt. Une fois à Ushuaia, nous avons dû passer dans le passage de Drake, l’un des endroits les plus venteux et mouvementé sur terre, j’ai eu le mal de mer et je n’ai pas pu prendre de photos ou de vidéos.

Après cela, le temps passé en Antarctique était d’environ 15 jours, ce qui n’était certainement pas suffisant ! On ne peut jamais passer trop de temps là et bien sûr, j’aurai aimé rester plus longtemps, cependant, je travaille avec un budget limité. C’est déjà assez cher pour y rester 15 jours, il se passe tant de chose et il y a temps de chose à voir, c’est tellement incroyable !

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8G ED, 1/200 sec, ISO 64

Qu’avez-vous découvert par rapport au changement climatique ?

Aller en Antarctique m’a ouvert les yeux. L’une des principales choses que j’ai apprises, même si le monde est très fragile et que les humains ne cessent constamment d’ajouter de la fragilité, la nature peut se rétablir et prospérer avec le temps. Si nous apprenons tous à changer les comportements afin de prévenir le changement climatique, je crois que notre planète peut se rétablir et c’est un message que je souhaite que les gens retiennent avec cette série de photographie.

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8G ED, 1/500 sec, f/3.5, ISO 160

Comment les gens ont-ils réagit à vos images ?

Dans l’ensemble, les gens sont souvent surpris en regardant mes photos. Soit par les dimensions des photos aériennes, soit par la proximité des animaux que je photographie. Pour moi, la photographie est un outil fort et puissant qui peut nous aider à nous reconnecter, et dans ce cas-ci, il s’agit de nous amener à réfléchir à la façon dont nous voyons le monde et ce que nous pouvons faire pour le protéger.

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8G ED, 1/1000 sec, f/18, ISO 400

Quelles sont vos photos préférées de votre voyage ?

C’est très difficile de choisir ma photo préférée ! Il y en a quelques une que je préfère due aux circonstances dans lesquelles j’étais, mais dans l’ensemble j’ai adoré me rapprocher de la faune de l’Antarctique. J’ai pu photographier des animaux que l’on ne voit pas tous les jours. Cette expérience m’a vraiment ouvert les yeux.

Nikon D 5, AF-S NIKKOR 24-70mm f/2.8G ED, 1/100 sec, f/7.10, ISO 3200

Quelle est la prochaine étape pour vous ? 

Ma partenaire et moi avons récemment déménagé à Tromso, dans le nord de la Norvège, où nous seront basés dans un avenir proche. J’espère donc pouvoir passer plus de temps à l’extérieur, à explorer la Scandinavie et toute sa faune. A mon arrivée, je me suis retrouvé à déneiger l’entrée de ma maison et j’ai croisé trois gros élans traversant mon jardin. C’était une scène fantastique à voir, il y a tellement d’animaux sauvages à voir ici.

Nikon Z 7, AF-S NIKKOR 24-70mm

J’aime aussi travailler sur des sujets et des projets où il y a un problème de conservation – c’est là que réside ma véritable passion. C’est pourquoi en 2020 je me rendrai pendant un mois ou deux au Nord du Svalbard, avec Grégory Pol, photographe animalier français, où nous allons nous documenter sur les menaces qui pèsent sur la faune arctique, en particulier les ours polaires, et comment ils sont confrontés au changement climatique. J’emporterai définitivement le Z 7 avec moi pendant ce voyage et j’ai vraiment hâte d’y être. J’espère que mes images nous feront réfléchir davantage sur le monde et les problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés.

Florian Ledoux

Florian Ledoux

Depuis tout jeune, le goût de l’aventure l’a toujours poussé à la recherche de lieux où la nature est reine, pure et vierge, où les couleurs de la terre ne sont jamais les mêmes, où les hommes ont une histoire, où les rencontres forgent l’esprit. A 12 ans lorsque qu’il débute la photographie, Florian était loin d’imaginer qu’il y trouverait son moteur de vie.

son matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*