Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle
Portfolio

Depuis 2009, il propose des séances de portraits sous l’eau dans les cenotes de la péninsule du Yucatan (Mexique). Il a commencé avec un Nikon D700 dans un caisson Ikelite sans flash, auquel il a ajouté par la suite deux flashs Ikelite D160, connectés par des câbles de 5 mètres et une lampe Keldan de 8000 lumens.

Il s’est depuis équipé avec un Nikon D800 dans un caisson Aquatica. Depuis 3 ans, il a également bricolé un système de flash sans fil qui lui permet d’avoir une bien plus grande liberté et créativité : « je dispose maintenant jusqu’à 3 flashs Ikelite DS160 sous l’eau (système sans fil) et, si nécessaire, autant de flashs cobra que je le souhaite au-dessus de l’eau. Comme professionnel, les flashs ont l’avantage de pouvoir illuminer les décors même les jours couverts et donc de proposer des séances par tout temps. Mais l’idéal et d’utiliser au mieux la lumière naturelle et de rajouter de la lumière artificielle à bon escient.

Une séance dure de 3 à 6 heures, c’est autant de la technique photo que de la psychologie pour amener les gens à faire quelque chose dont ils ne se croient pas capable. Cela peut paraître long, mais c’est en fait un cheminement où, petit à petit, on arrive à mieux se connaitre et où je peux amener mes clients de plus en plus loin. Souvent les meilleures images se font à la fin quand nous nous connaissons mieux. L’important est qu’ils gardent le souvenir d’une journée magique où ils ont pris du plaisir. Toute la dynamique de la journée est pensée en ce sens. »

Les images capturées avec une lumière naturelle

 

D700 / Caisson Ikelite / Fish-eye 16mm F2.8D Iso 1000 F5.6 1/125. Flash Ikelite DS160 à gauche sous l’eau mais depuis la surface
Le couple doit descendre à 2 mètres. Les modèles doivent avoir un bon niveau sous l’eau. Le décor fait l’image. Un rayon de soleil rentre en biais en arrière-fond. Cependant le couple se trouve dans l’ombre. Un assistant tient un flash sous l’eau depuis la surface pour déboucher le premier plan. Le couple se trouve à 2 mètres de profondeur maximum. C’est la perspective due au fisheye qui donne cette sensation qu’ils sont bien plus profond.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 / 17-35mm F2.8D Iso 800 F7.1 1/250
La seule difficulté est que suivant la saison et l’heure, l’angle des rayons de soleil n’est pas le même. Il faut donc beaucoup bouger aussi bien le photographe que le couple pour trouver la bonne combinaison. Contrejour tôt le matin. Pour voir les rayons de soleil qui passent à travers la végétation nous utilisons une fumée obtenue en brulant de la résine d’arbre sur des braises. Mais cela reste compliqué car le vent tournant emmène la fumée d’un côté à l’autre. Il faut de la patience pour arriver à bien la répartir et avoir au même moment une attitude dynamique du couple !

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 / 70-200m F2.8 à 70mm. Iso 500 F4.5 1/50
Pour le couple, c’est très simple. Pour le photographe, il faut juste être au bon endroit au bon moment. Cette image n’est réalisable qu’au mois d’octobre. Le reste de l’année, ce rayon ne passe pas. Cela faisait 2 ou 3 ans que je faisais des photos dans ce cenote quand un matin vers 10 heures, j’ai vu ce rayon de soleil passer à travers le trou. Et il dure moins de 30 minutes. On a alors rajouté de la fumée pour bien le voir. Le soleil vient également illuminer la robe blanche de la fiancée sous l’eau, ce qui amène une lumière diffuse agréable sur leur visage. Bref, l’angle de la lumière de soleil est parfait, ce qui est assez rare.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D700/Caisson Ikelite / Fish-eye 16mm F2.8. ISO 640 F6.3 1/160
Le timing et la position du couple par rapport au rayon de soleil sont essentiels. Requiert de nombreux essais, ce qui finit par les épuiser car ils doivent se maintenir en surface entre chaque essai. Photo 100% lumière naturelle en contrejour. Ce rayon de soleil ne dure qu’une petite demi-heure. L’homme debout doit descendre exactement à cet endroit pour que le soleil se reflète sur sa chemise blanche et illumine le visage de sa fiancée. Une ou deux secondes avant la prise de vue, le visage de la femme est dans l’ombre ! Depuis quelques mois, les propriétaires ont construit une plateforme en bois pour accéder au cenote qui bouche ce rayon de soleil. Moralité : il faut toujours être à la recherche de nouveau spots.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Les images capturées entièrement au flash

 

D800 : Caisson Aquatica / 24-70mm F2.8G à 24mm ISO 1600 F5 1/80 avec un flash Ikelite DS160 sous l’eau en contre-jour derrière le couple.
Deux flash cobra au-dessus de l’eau entre le photographe et le couple
Il faut le que le bébé soit habitué à l’eau. Victor Hugo avait alors 8 mois ! Etonnement, la principale difficulté réside dans le fait que l’éclair du flash sous l’eau doit être occulté par l’un d’eux. On a beau bien tout positionner, lorsqu’ils vont sous l’eau, ils se déplacent et le flash risque de voiler la photo. Le flash en arrière sert à donner de la brillance aux contours et à illuminer les bulles d’air, ce qui donne toute sa dynamique à l’image.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 Caisson Aquatica 14-24mm F2.8D à 14mm. Iso 640 1/160 à F7.1. Deux flashs Cobra au-dessus de l’eau
Facile pour le couple et le photographe. Dans une piscine en extérieur de 1,3m de profondeur. La nuit tombée, si l’on maintient l’appareil photo proche de la surface, on a le reflet du couple au-dessus de l’image.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 / Caisson Aquatica Fish-eye 16mm F2.8 Iso 1250 F6.3 1/100. Trois flashes Cobra au-dessus de l’eau
L’orientation des flashs ainsi que l’angle d’ouverture de l’éclair sont critiques. De petites variations ont de grands effets. Nécessite de nombreux ajustements. Pour la nageuse, je demande qu’elle puisse nager sous l’eau sur 5 mètres, ce qui n’est pas toujours le cas ! 100% lumière de flash : 3 flashs cobra sont suspendus au-dessus de l’eau : un à l’arrière (à gauche de l’image) en léger contrejour, deux du côté du visage (à droite) entre le photographe et le modèle. Elle porte en fait un simple tissu de 5 mètres, noué autour du cou.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 / Vr 70-200mm F2.8G à 160mm / Iso 400 F8/ 1/250 Deux flashes cobra
Facile pour le couple et le photographe. Il suffit de bien calibrer ses flashs et d’avoir la bonne perspective. Grotte : un flash avec un filtre bleu placé devant les racines qui descendent dans l’eau et dirigé vers le haut. Un deuxième flash est suspendu sur le plafond de la grotte à la verticale du couple. Pour les mettre dans l’ambiance, je leur ai demandé d’amener quelques chansons qui leur rappellent de bons souvenirs et je les diffuse à plein volume dans toute la grotte. Ils finissent alors par oublier le photographe.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D800 / Caisson Aquatica 14-24mm F2.8 à 14mm Iso 1250 F6.3 1/100. Trois flashes Ikelite DS160 sous l’eau et 2 flashes cobra au-dessus
Très simple pour le couple, il est juste sous la surface. 100% lumière artificielle. Une fois tous les flashs réglés, c’est aussi très simple pour le photographe. Deux flashs Ikelite sont placés derrière le rocher où se trouve le couple. Ces flashs sont posés à 5 mètres de profondeur. Leur lumière qui illumine le mur du fond traverse au moins 15 mètres d’eau, ce qui explique cette dominante bleue/vert.

Deux flashs cobra au-dessus de l’eau sont dirigés vers le couple. Comme cette lumière traverse la surface de l’eau ridée, ces flashs donnent une lumière vibrée sur le couple. Un flash Ikelite sous l’eau à droite de la fiancée qui illumine le couple de biais. Il sert à déboucher les ombres sur le couple. S’ils ne recevaient que la lumière des flashes cobra, les ombres seraient trop dur.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Les coulisses de ces prises de vue

 

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

D700 dans caisson Ikelite Fish-eye 16mm F2.8. Iso 1600 1/100 à F5. Un flash Ikelite DS160 sous l’eau mais depuis la surface sur la gauche de l’image
Un de mes sites préférés du Yucatan. La lumière du soleil ne rentre dans cette grotte que de novembre à février de 8h à 9h30 du matin. Pour être au bon endroit à la bonne heure, il faut se lever à 4h du matin et nous sommes dans l’eau au premier levé de lumière. Ensuite tout va très vite et de quart d’heure en quart d’heure, le décor change, obligeant à déplacer le couple pour suivre la lumière.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Backstage D800 Vr 70-200mm F2.8G
La fumée permet de voir les rayons de soleil. Le plus long lors de ces séances est de trouver la bonne disposition des modèles par rapport aux reflets sur l’eau et aux rayons qui crament l’image quand ils touchent un vêtement blanc.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Backstage : D800 dans caisson Aquatica. 24-70mm F2.8G à 24mm. Iso 1600 F5 à 1/80
On comprend ici l’importance de synchronisation entre le photographe et le couple. Je réalise mes prises de vue en apnée. Je tiens en général bien plus longtemps que mes clients et, de plus, j’ai besoin de parler avec eux après chaque essai pour faire des ajustements. Une bouteille de plongée limiterait ma mobilité sous l’eau et donc mes possibilités de modifier rapidement le cadrage pour m’ajuster à la position du couple.

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Pour en savoir plus sur son travail, nous vous invitons à consulter son site internet www.WashTheDress.com

Découvrez les portraits aquatiques de Pierre Violle

Pierre Violle

son matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. GULYAS dit :

    Bonjour,
    C’est tout simplement magique, l’ambiance sous l’eau, les couleurs, les effets et bien d’autres !!
    La vie sous marine est magnifique car je l’apprécie aussi de mon côté.
    Félicitation à Pierre pour ce beau reportage 😉 !!
    Véronique

  2. Robert Pfister dit :

    Il n’y a pas de mot…fantastique.