Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin
Portrait

A tout juste 24 ans, Nicolas Jacquemin s’est fait une place dans le milieu de la photographie de skate et de sport de glisse. Rencontre avec le photographe parisien, dans la droite lignée de Fred Mortagne, qui maîtrise aussi bien la technique du ollie que les réglages de son Nikon D750.

Originaire de Villiers-sur-Orge en banlieue parisienne, avec un père ancien photographe et une mère travaillant chez Arte, Nicolas a toujours baigné dans le monde de l’image. C’est au collège, alors qu’il photographie ses amis skateurs pour s’amuser, qu’il décide d’y consacrer ses études en passant un bac pro photo.

Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin

Peu après, diplôme en poche, il rejoint l’équipe de la Clé Production, où il rencontre Teddy Morellec, qui lui fait découvrir de nouvelles approches de la photographie et lui permet de se professionnaliser.

Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin

Si Nicolas s’est très tôt passionné pour l’univers du skate board, il s’intéresse à d’autres disciplines de « ride » comme le surf et le BMX. « Figer le moment, trouver la bonne pose, capturer le moment idéal du tricks, mettre le spot en valeur », voici ce qui anime le jeune photographe dans son approche de l’image, mais aussi le travail d’équipe avec l’athlète pour réussir le meilleur cliché possible.

Quand on lui demande d’évoquer ses meilleurs souvenirs photographiques, Nicolas nous parle évidemment d’une compétition sportive, l’Event Red Bull Cocorico une course de 2CV et 4L itinérante, dans les Alpes qu’il a couvert, mais aussi au festival de musique Garorock dont il était photographe scène.

Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin
Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin

La qualité de ses images, Nicolas le doit à son talent mais aussi à son matériel. Son père qui l’a initié à la photographie, shoote en Nikon et il décide de suivre ses traces. Il commence ainsi la photo avec un Nikon D300 puis travaille avec un D800, pour finalement opter pour le D750 dont il ne se passe plus. Niveau objectif, il utilise un Fisheye pour le skate, car il permet un grand champ de vision afin de capturer le tricks et le spot dans la même image, mais aussi un 50mm, un 14-24, un 70-200 pour capturer ses reportages sport.

Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin

L’année 2018 s’annonce déjà riche en projets photo et surtout vidéo avec toute l’équipe de la Clef production, comme le réalisateur William K avec qui Nicolas est parti tourner dans les montagnes suisses il y a peu.

Comme sur des roulettes avec Nicolas Jacquemin

Vous aimez cet article ? Retrouvez d’autres portraits de photographes sur le Mag en cliquant ici.

Nicolas Jacquemin

Professionnel passionné de l'image, je travaille à mon compte depuis 2013, faisant de ma passion un métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Bardy Jean-Paul dit :

    surprenant et magnifique … A suivre …

  2. BOUROT ALAIN ET COLETTE dit :

    Très bon travail