Clive Mason parle de la photographie de sport avec le Nikon D6

Portfolio

Clive Mason a été l’un des premiers au monde à tester le Nikon D6, et c’est l’appareil avec lequel il travaille maintenant au quotidien. Nous lui avons demandé son ressenti sur ce nouvel appareil photo professionnel et comment il fonctionne dans les différents sports qu’il couvre.

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Ses premières impressions

En tant que photographe sportif senior pour Getty Images depuis la création de l’agence il y a 25 ans, Clive Mason s’y connaît en matière d’appareils photo. C’est donc la personne idéal pour tester notre appareil photo professionnel phare, le Nikon D6. Sa première impression a été l’enthousiasme suscité par la qualité de l’image directement sortie de l’appareil et cela a été confirmé par la poursuite de son travail avec cet appareil. « Tout droit sorti de l’emballage, il était tout simplement génial. Je me suis dit : « Je vais reproduire les réglages du D5 pour un peu plus de netteté », et c’était beaucoup trop. C’est tout simplement époustouflant ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Faire face aux éléments

Bien que Clive couvre tous les sports, il est devenu l’homme de confiance de Getty Images pour les régates de voile olympiques – il prend souvent des images de stock préolympiques ainsi que des événements pendant les Jeux. Il a été impressionné par la balance des blancs automatique et par la façon dont elle capture désormais des nuances encore plus grandes dans les délicates tonalités dorées de la lumière matinale et aussi par la qualité du verrouillage de l’autofocus. « En ce qui concerne la mise au point, le verrouillage du suivi de la mise au point est essentiel. Avec l’eau qui éclabousse, vous devez vous assurer qu’elle reste sur le visage. Je filmais la classe Nacra 17, qui est une catégorie olympique, ici tout tourne autour de l’athlète et de son visage. Il ne s’agit pas nécessairement du bateau. L’idée est d’essayer de toujours avoir l’athlète en point de mire, même si le bateau s’éloigne de vous ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Mais c’est la robustesse de l’étanchéité qui a été la grande surprise. « Une partie du test consistait à voir combien de trempage il faudrait. Il a mieux résisté que moi. En trois ou quatre minutes, il est devenu plus humide. Je n’ai jamais vu une caméra aussi mouillée et qui fonctionne encore. Elle était vraiment bien mouillée. Aucun d’entre nous ne veut mouiller sa caméra, mais nous sommes tous pris au dépourvu. Quand cela arrive, ça change vraiment la donne, parce que ça continue de tourner alors que d’autres caméras auraient rendu l’âme. C’est génial ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Travailler avec le Nikon D6

Contrairement aux photographes d’actualités, le travail de Clive est plus saisonnier. Malheureusement, la pandémie de coronavirus a forcé l’annulation de nombreux grands événements qu’il devait couvrir, mais il y a eu une opportunité de tournage avant que le confinement n’arrive et il en a profité. « Je l’ai utilisé deux ou trois fois par semaine et c’était incroyable. L’autofocus est tellement plus rapide, les couleurs sortent tout droit de l’appareil – sans aucune retouche. Les gens ont même commenté mon flux social à ce sujet, en disant que les couleurs étaient incroyables ».

Il a également des caractéristiques qui changent la façon dont il shoote certains sports. « Dans les différents sports, le suivi du visage en 3D sur le football et le rugby a instantanément changé la façon dont je photographie ce sport. J’ai déjà fait trois matchs avec ce système et c’est extraordinaire. Si vous ne voulez pas toujours l’allumer, dans les commandes personnalisées, vous avez un petit bouton qui le ramène directement à un point unique, puis vous attendez, et vous revenez au suivi 3D. J’ai fait quelques images lors d’un match à Chelsea, toutes réalisées avec un suivi de visage en 3D. Toute la série est extraordinaire. Les couleurs sont là, l’AF est là, le suivi du visage est là. C’est tout simplement génial. »

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

La personnalisation pour les moments inattendus 

La facilité accrue de changement des paramètres personnalisés donne un réel avantage pour les moments décisifs. Clive trouve que le bouton de réglage personnalisé est particulièrement utile pour le photos de sport automobile. « Si je fais un panoramique à 1/8 de seconde et que la voiture s’écrase, j’appuie sur un bouton et la vitesse d’obturation passe instantanément à 1/2000 seconde à f/4, ISO automatique avec la mise au point automatique activée. Avant, c’était compliqué d’aller dans le menu pour le faire, on pouvait perdre la photo. Aussi rapide et compétent que vous soyez, vous allez quand même vous faire prendre. Cela a donc changé de façon spectaculaire ».

Et cela rend la vie plus facile lorsque Clive doit tourner une variété d’images lors d’un même événement, dans un temps limité. « Si je tourne en Formule 1 et que j’ai besoin, disons, d’un plan plus statique – où les sponsors sont tous visibles sur la voiture – et qu’il me faut aussi un plan plus lent, je peux simplement inverser ce réglage. Je peux changer ce réglage à 1/15 sec à f/22, donc quand la voiture est en vue, en appuyant sur un bouton. Cela vous donne de la souplesse. Ça me sauve vraiment la vie maintenant ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Surmonter les défis de la faible luminosité

Il n’y a pas de plus grand défi pour un photographe sportif que de s’occuper de la qualité variable de la lumière sur les terrains de rugby et dans les stades de football. « Si vous vivez en Europe du Nord, vous passerez quatre mois de l’année dans des terrains de football ou de rugby profonds et sombres. Les terrains de rugby peuvent être particulièrement difficiles, ils sont souvent mal éclairés. En football, c’est moins le cas, car les terrains sont presque tous éclairés par des LED. Si l’on considère l’ISO 6400 du D6, on pourrait croire que c’est l’ISO 2000 du D5. C’est tellement mieux. Nous l’avons même fait passer à la norme ISO 12800 lors des tests et c’était encore incroyablement bon. Ce n’était pas aussi précis, mais la norme ISO 12800 sur le D6 est meilleure que la norme ISO 6400 sur le D5 ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Meilleure performance de la mise au point automatique avec moins de points de focalisation

Comment la performance de l’autofocus s’est-elle améliorée dans le D6 avec moins de points de focalisation que dans le D5 ?

« La mise au point automatique est, je dirais, beaucoup plus rapide. Lorsque je photographie du sport automobile, il y a des zones dans lesquelles je veux placer la voiture. Ce n’est pas que nous utilisons l’autofocus à 100% du temps, mais parfois il est agréable de pouvoir placer dans le cadre la voiture là où les capteurs AF n’étaient pas nécessairement aussi réactifs auparavant. Avec les nouveaux 105 points AF croisés, tous sélectionnables, ils fonctionnent à 100 %, alors qu’auparavant, il y avait des zones mortes. Alors que le D6 a techniquement moins de points AF, maintenant ils fonctionnent tous à 100% aussi bien que le point central.

Auparavant, en cas de faible luminosité, si vous vous éloigniez du point central de mise au point et que vous travailliez en faible lumière, il arrivait que le système autofocus ne retrouve plus le sujet, de sorte que l’appareil photo ne pouvait pas se verrouiller sur lui. Aujourd’hui, il est toujours en marche. Quel que soit l’endroit où se trouve le curseur dans le cadre, il le relève immédiatement, quelle que soit la luminosité. Ce que vous pouvez dire maintenant, c’est que vous avez de meilleures performances et une meilleure couverture avec moins de points. C’est nettement mieux ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Les évolutions du Nikon D6

Il n’est jamais facile d’isoler ses éléments préférés, mais Clive en a quelques uns. Tout d’abord, la qualité des fichiers directement à la sortie de la caméra. « Nous devons aborder la qualité du fichier, car elle est nettement meilleure que celle de la concurrence. La qualité des fichiers D5 était superbe, mais ceux du D6 constituent une nouvelle étape dans l’amélioration. Vous pouvez continuer à zoomer, c’est juste une qualité folle. Et très, très nette. C’est ce que nous recherchons tous. »

La balance des blancs automatique obtient également une mention honorable. « Je viens du milieu des agences où la rapidité est essentielle. Il faut que ça ait l’air super, directement à la sortie de la caméra. J’ai toujours passé du temps à peaufiner et à faire en sorte que la caméra reproduise les couleurs aussi fidèlement que possible. L’AWB dans le D6 est génial. Je n’ai pas vraiment eu à le mettre au point. La couleur est superbe, les tons de peau sont parfaits. C’est incroyablement précis ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Faire du flux de travail une priorité

Bien sûr, pour un photographe d’agence, le flux de travail est primordial. « Le flux de travail du D6 est aussi bon qu’avec le D5 avec en prime, la priorité accordée au transfert d’images. Maintenant, nous envoyons tout à distance, que ce soit avec un câble directement dans l’appareil photo ou via l’émetteur sans fil WT-6. Avec ce système maintenant nous pouvons utiliser un processus de balayage. Si vous avez 11 ou 12 images alignées et que pendant qu’ils sont en cours d’envoie, un autre objectif est atteint, vous pouvez faire glisser l’image et la placer directement en tête dans la file d’attente. Nikon a toujours eu une longueur d’avance sur la transmission, et ce nouveau système de hiérarchisation aide énormément. Il permet d’acheminer l’image là où elle doit aller beaucoup plus rapidement ».

Le photographe de sport Clive Mason parle de son travail avec le Nikon D6

Quelques derniers mots

Lorsque nous avons demandé à Clive Mason de résumer son expérience avec le Nikon D6, il nous a répondu : « L’ensemble ressemble beaucoup plus à une machine bien huilée. C’est beaucoup plus facile parce qu’ils ont changé la construction de la boîte à miroir. Le miroir a maintenant beaucoup moins de rebond, donc il est plus silencieux et plus lisse, plus rapide et plus réactif. C’est impressionnant. Dans l’ensemble, c’est un outil plus agréable. C’est un diamant brut qui a été poli. Je ne peux pas isoler un aspect. Ce que je peux vous dire, c’est qu’à utiliser, c’est un outil d’une qualité aveuglante. J’ai été totalement impressionné dans toutes les situations où je l’ai utilisé ».

Découvrez plus d’image de Clive sur le football et le rugby shooté au D6  sur son compte Instagram et divers travaux sur son site internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*