Une nouvelle série de photos, publiée aujourd’hui par Nikon, révèle le superbe contraste entre la forêt suédoise luxuriante et des véhicules rouillés à « Bilkyrkogården Kyrkö Mosse », un « cimetière » de voitures non loin de Ryd, Linköping, en Suède.

Cette contradiction saisissante a été capturée par Alberto Ghizzi Panizza, spécialiste de la macro photographie, pour présenter les capacités des objectifs NIKKOR de Nikon. Le site de Bilkyrkogården Kyrkö Mosse était le décor idéal pour cette séance : de nombreuses épaves datant des années 1940 disparaissent dans le sol marécageux de la forêt, succombant peu à peu à Dame Nature.

Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D810, AF-S VR Micro-NIKKOR 105mm f/2.8G IF-ED
Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D500, AF-S DX Micro NIKKOR 40mm f/2.8G

En donnant son point de vue, Alberto Ghizzi Panizza a expliqué : « En macrophotographie, on recherche toujours des couleurs et des textures intéressantes. À cet égard, Bilkyrkogården Kyrkö Mosse constituait un véritable pays des merveilles pour moi. Les objectifs NIKKOR m’ont permis de saisir avec précision la bataille qui dure depuis 60 ans entre les voitures abandonnées et Dame Nature, qui essaie de reconquérir ses droits. Les quatre objectifs que j’ai utilisés pour cette séance allaient me permettre de me rapprocher de l’action et ainsi de révéler la “ beauté de la rouille ” d’une manière jamais observée auparavant. »

Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D810, AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8 ED
Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D500, AF-S DX Micro NIKKOR 40mm f/2.8G

Alberto a réalisé la série de photos à l’aide d’un Nikon D500, d’un Nikon D810 et des objectifs Micro NIKKOR suivants :

AF-S DX Micro NIKKOR 40mm f/2.8G

Conçu pour capturer les plus petits détails, cet objectif compact incroyablement facile à manipuler permet de réaliser des gros plans stupéfiants, ainsi que des prises de vue générales et des portraits exceptionnels. Son ouverture vous permet de mettre en avant vos sujets sur un fond joliment estompé et contribue à la réalisation de clichés bien nets, même dans des conditions de faible luminosité.

AF-S DX Micro NIKKOR 85mm f/3.5G ED VR

Objectif macro au format DX compact et léger, doté d’une optique de qualité supérieure. Le rapport de reproduction de 1:1 de cet objectif permet de réaliser des gros plans grandeur nature de textures très fines et de petits détails.

Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D810, AF-S DX Micro NIKKOR 40mm f/2.8G - Focus stacking of 12 pictures
Alberto Ghizzi Panizza : Nikon D500, AF-S DX Micro NIKKOR 85mm f/3.5G ED - Focus staking of 6 pictures

AF-S VR Micro NIKKOR 105mm f/2.8G IF-ED

Doté du système de réduction de vibration de deuxième génération (VR II) de Nikon, cet objectif permet de réaliser des photos plus nettes à main levée. C’est également l’allié idéal pour la prise de vue à distance, notamment pour photographier la faune et la flore.

AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED

Cet objectif compact et polyvalent permet à l’utilisateur de réaliser des prises de vue de paysage, mais également de pratiquer la macrophotographie. L’objectif micro de Nikon le plus compact pour les gros plans et la photographie classique. Sa correction pour mise au point rapprochée (CRC) intégrée permet d’obtenir des performances supérieures à courte distance.

La beauté de la rouille par Alberto Ghizzi Panizza

Alberto Ghizzi Panizza est l’un des spécialistes de la macrophotographie les plus novateurs, talentueux et uniques d’Europe. Spécialiste chevronné de la macrophotographie depuis plus de 20 ans, l’Italien est également un formateur reconnu dans cet art. voici quelques unes de ses astuces pour progresser en macro photographie :

Jouez avec la profondeur de champ

Comprendre ce qu’est la profondeur de champ est l’un des premiers obstacles de la macrophotographie. Vous devez savoir de quelle manière l’ouverture, la focale et la mise au point fonctionnent en harmonie pour contrôler la netteté de vos images et vous permettre de réaliser la photo unique. Pour résumer, plus le sujet est petit et plus le rapport de reproduction est élevé, plus la profondeur de champ sera faible. L’utilisation d’une profondeur de champ appropriée permet de figer la complexité d’images en macro, qu’il s’agisse d’une fleur, d’un insecte ou, dans ce cas, de la représentation de la beauté cachée de la rouille.

Tout est une question d’ouverture

Trouver l’équilibre parfait entre la netteté du sujet et l’effet estompé du fond avec un flou d’arrière-plan (« bokeh ») unique est l’un des aspects les plus intéressants et difficiles de la macrophotographie. Par ailleurs, cela ne devient pas plus facile avec l’expérience, même après plus de 20 ans de spécialisation dans cette technique ! Pour moi, trouver l’ouverture correcte est essentiel. Il est plus facile d’isoler les sujets avec des objectifs macro à l’aide de petites ouvertures, comme l’objectif AF-S DX Micro-NIKKOR 85mm f/3.5G ED VR ou AF-S VR Micro-NIKKOR 105mm f/2.8G IF-ED, tandis que les objectifs plus petits sont plus adaptés à la contextualisation des sujets, comme les AF-S DX Micro-NIKKOR 40mm f/2.8G et AF-S Micro NIKKOR 60mm f/2.8G ED, qui sont dotés d’angles de vue plus larges. Je conseille encore l’utilisation d’ouvertures supérieures à f/16 pour éviter le phénomène physique de « diffraction », qui peut diminuer la netteté et le contraste tant recherchés.

Investissez dans les accessoires appropriés

Si vous souhaitez augmenter les capacités de grossissement de votre objectif macro, en particulier pour dépasser la limite du rapport de reproduction de 1:1, certains accessoires sont indispensables. Le moyen le plus simple d’y parvenir est d’utiliser des tubes-allonges qui permettent d’éloigner l’optique du boîtier. Plus l’objectif est éloigné de l’appareil photo et plus le sujet est rapproché. Par conséquent, plus vous utilisez de tubes-allonges, plus le rapport de reproduction est élevé. Une difficulté que je rencontre souvent consiste à identifier la distance de travail appropriée entre l’appareil photo et le sujet. Si vous êtes trop près, vous ne pouvez pas faire une mise au point sur quoi que ce soit. Il s’agit donc de trouver l’équilibre parfait.

Peaufinez vos angles

Lorsque vous effectuez une seule prise de vue, l’astuce pour faire la mise au point sur la totalité du sujet consiste à rester avec l’appareil photo (et plus particulièrement avec la surface du capteur) le plus parallèle possible au sujet. Il peut être difficile de faire la mise au point complète d’une créature multidimensionnelle, comme un papillon. Si ses ailes sont parallèles à votre appareil photo et à son capteur,
il est relativement facile de prendre une photo nette de toute l’aile, mais si ses ailes sont à l’oblique, la mise au point n’est effectuée que sur quelques centimètres. C’est là où le focus stacking peut aider. L’un de mes processus favoris consiste à prendre une progression ou une séquence de photos du point le plus proche du sujet vers son point le plus éloigné. Cela nous permet d’obtenir une image sur laquelle le sujet est net et mis au point. En postproduction, vous pouvez alors travailler les différentes prises de vue ensemble pour que l’image finale contienne tout le sujet avec une mise au point parfaite – c’est une technique fabuleuse ! Pour créer une superposition, je conseillerais d’utiliser tous les éléments en mode manuel, comme la mise au point, le minuteur, la sensibilité ISO, l’ouverture et la balance des blancs.

Gérez les sujets en mouvement

Pour résoudre les problèmes des sujets en mouvement, utilisez un flash (comme le R1C1), avec lequel vous pouvez employer des minuteurs rapides pour geler le mouvement du sujet. Cela est particulièrement utile lorsque vous essayez de capturer des insectes actifs, comme des abeilles, ou les libellules (mes préférées).

Utilisez des objectifs avec réduction de vibrations

Je trouve souvent qu’il est impossible ou peu pratique d’utiliser un trépied pour prendre mon sujet en photo. Dans ce cas, les objectifs avec réduction de vibration (VR) intégrée sont parfaits pour éviter le flou dû aux mouvements, principalement causé par les déplacements de votre corps lorsque vous faites des prises de vue à main levée.

N’hésitez pas à vous exercer

Enfin, comme pour toutes les technologies de photographie, le meilleur moyen de perfectionner l’art de la macro est de s’entraîner avec différents objectifs, sujets et conditions d’éclairage. Lors de cette séance photo, le sujet de la rouille sur des voitures délabrées a été un nouveau défi de taille, car je n’avais jamais rien photographié de tel auparavant. Mais avec le kit, les accessoires et les connaissances appropriés en matière de macrophotographie, j’ai pu m’entraîner à réaliser des compositions aussi puissantes que singulières. Cette expérience m’a beaucoup appris.

Alberto Ghizzi Panizza

Alberto Ghizzi Panizza

Né à Parme, en Italie, Alberto Ghizzi Panizza est l’un des spécialistes de la macrophotographie les plus novateurs, talentueux et uniques d’Europe. Alberto a été primé à plusieurs reprises au cours de sa carrière, ce qui souligne son expérience et ses compétences. Il a remporté le premier prix aux concours Oasis International Photo Contest 2012 et Natural Worlds International Photo Contest 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Franck dit :

    Bonjour,
    Merci de vos conseils qui me seront certainement très utiles. De superbes photos. On ne pense jamais à la bague allonge et encore moins à se rapprocher des objets à l’abandon, pleins de rouille, parfois bien plus jolis qu’une modèle de 20 ans.
    Franck