A la recherche des mondes perdus avec Evrard Wendenbaum
Vidéo

Lancé par l’explorateur Evrard Wendenbaum et porté par Naturevolution, avec le soutien de Nikon, la série d’expéditions Lost Worlds a pour objectifs principaux l’amélioration des connaissances sur la biodiversité planétaire et sur l’histoire des peuplements humains mais aussi la protection des dernières Terrae Incognitae de notre planète – véritables patrimoines de l’Humanité – avant qu’il ne soit trop tard.

Quelques mots sur le projet

Réchauffement climatique, déforestation, pollution, surpêche, braconnage, pauvreté, tous ces maux ont un effet commun : la disparition des habitats naturels de la planète et la perte massive des espèces. La biodiversité s’amenuise à très grande vitesse. 3 espèces disparaissent par heure, 100 000 par an, et à ce rythme, on estime que la moitié des espèces aura disparu avant la fin du 21ème siècle. Des chiffres terrifiants. Des pans entiers de notre patrimoine, de ces plantes qui nous sauvent, de ces écosystèmes qui purifient nos eaux, de ses forêts qui retiennent les glissements de terrain… s’évaporent. C’est la 6ème crise d’extinction massive des espèces, la plus rapide que la terre ait connue.

Une catastrophe d’autant plus grande que beaucoup d’espèces disparaissent avant même leur découverte et donc avant même que nous ayons connaissance de leur rôle et de leur importance pour le bon fonctionnement des écosystèmes et pour la survie de l’humanité. Nous ne savons pas encore à quel moment les dégradations que nous infligeons à la nature mèneront au crash écologique.

Il est donc indispensable d’accélérer les recherches sur la biodiversité. Malheureusement, outre le manque de financement, il existe d’autres freins à l’amélioration des connaissances dont la difficulté d’accès. En effet, peu de scientifiques sont capables de mener des missions dans des lieux considérés comme trop inaccessibles, trop dangereux ou situés dans des zones de conflit. Et lorsqu’ils atteignent ces contrées reculées et ces milieux dits «extrêmes», ils ont du mal à travailler efficacement. Ils sont donc en demande d’aller sur ce type de terrain, d’autant que ces milieux naturels surnommés « Mondes Perdus », qui n’ont jamais été étudiés et parfois même jamais visités, sont souvent des réservoirs extra-ordinaires de biodiversité où de nombreuses découvertes restent à faire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.lost-worlds.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*