Lina Kayser, photographe de nature nordique et de la faune arctique

Interview

Lina Kayser, photographe norvégienne, est née à Bergen, surnommée « la porte des fjords », et vit aujourd’hui dans le spectaculaire parc national de Dovrefjell-Sunndalsfjella. Il abrite un écosystème alpin presque intact, avec des renards arctiques, des aigles royaux et les derniers rennes sauvages de montagne d’Europe, ainsi que des espèces végétales datant d’avant la dernière période glaciaire. C’est la base idéale pour une photographe spécialisée dans la faune et les paysages nordiques et arctiques mais aussi dans la sensibilisation à la conservation. En plus de ses projets solo, Lina anime des ateliers de photographie partout dans le monde et accueille depuis 2018 des expéditions en bateau dans les régions sauvages de l’archipel du Svalbard. Son partenariat avec Nikon a débuté en 2017 puis elle est devenue Z Creator en 2020. Plus tard cette année, elle fera partie du prestigieux jury des Environmental Photographer of the Year Awards.

Qu’est-ce qui a déclenché votre amour de la photographie, et pourquoi les appareils Nikon ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les animaux et regardé des documentaires sur la nature. J’ai grandi dans une famille qui aime le plein air, sur la côte ouest de la Norvège, à Bergen. C’est la deuxième plus grande ville du pays, mais on y est toujours très proche de la nature, alors nous passions nos week-ends à skier ou à faire des randonnées avec nos chiens. Mon père et mon grand-père avaient tous deux des reflex numériques Nikon, alors quand j’ai décidé de commencer à prendre des photos de la beauté de la nature que je voyais lors de nos promenades, j’ai pu emprunter un Nikon. Lorsque j’ai décidé d’acquérir mon propre appareil photo, le choix a été facile !

Je travaillais dans un bureau, mais je n’étais jamais heureuse. J’ai tenu le coup pendant 15 ans avant de démissionner pour devenir éducatrice canine certifiée, et c’est à ce moment-là que j’ai aussi commencé à prendre ma photographie plus au sérieux. Puis, en 2017, j’ai contacté Nikon au sujet d’un projet que je menais. Ils m’ont invité à faire une présentation lors d’un événement en Suède, ce qui m’a amené à rejoindre le programme Nikon talent. Cela a vraiment changé la donne pour moi – cela m’a permis de poursuivre mon rêve de devenir un photographe animalier professionnel.

L’année dernière, on m’a demandé d’être un Nikon Z Creator, ce qui était très excitant. C’est très motivant de faire partie d’un groupe aussi incroyable de personnes talentueuses et cela m’aide à aller de l’avant avec ma photographie. Je suis très reconnaissant de faire partie de l’équipe.

Lina Kayser, photographe de nature nordique et de la faune arctique

Pourquoi la photographie est-elle si importante pour vous ?

C’est un moyen de se déconnecter de tout et d’être présent – on pourrait dire que c’est une sorte de méditation. Pour moi, il est important d’utiliser nos voix de toutes les manières possibles pour protéger la nature. Je le fais à travers mes photos. Si quelqu’un voit l’image d’une chouette et la trouve mignonne, il aura peut-être envie de protéger nos chouettes et nos forêts. Ou bien la photo d’un ours polaire peut inciter quelqu’un à en savoir plus sur les défis auxquels l’environnement arctique est confronté.

Lina Kayser, photographe de nature nordique et de la faune arctique

Êtes-vous impatiente d’être juge pour le prix du photographe de l’environnement de l’année ?

Je suis très enthousiaste à l’idée de participer à ce concours, mais je pense aussi que ce sera un voyage plein d’émotions, à la vue de tant d’images étonnantes et puissantes. Il ne s’agit pas de n’importe quel concours photo. C’est un concours photo qui a une mission : sensibiliser le public au changement climatique, à la pauvreté, aux problèmes environnementaux et aux autres défis auxquels notre planète est confrontée. Une seule photo peut raconter tant d’histoires, exprimer tant d’émotions et toucher des milliers de personnes. La photographie est un moyen très puissant pour attirer l’attention sur ces histoires. Il est facile d’éviter de lire des articles contenant de nombreux chiffres et faits, mais lorsqu’une photographie vous saute aux yeux, il est difficile de fermer les yeux ou de détourner le regard.

Avez-vous des photos préférées ?

J’adore photographier les renards arctiques, les macareux et les ours polaires. Il y a deux ans, lors d’une expédition au Svalbard, j’ai eu la chance de rencontrer deux ours polaires curieux qui se sont approchés du zodiac où nous étions. Les voir jouer et s’amuser sur le bord de la glace m’a donné quelques-uns de mes meilleurs souvenirs et photos.

Lina Kayser, photographe de nature nordique et de la faune arctique

Comment utilisez-vous les médias sociaux pour parler de votre point de vue sur la conservation de la faune sauvage ?

J’ai accumulé 136 000 followers sur Instagram provenant du monde entier, dont beaucoup vivent en ville. À travers mes photos, j’essaie de montrer à quel point la nature est merveilleuse et comment tout est lié. Il ne s’agit pas de lever le doigt sur qui que ce soit, mais de raconter l’histoire des défis auxquels la nature est confrontée. L’Arctique occupe une place particulière dans mon cœur – j’ai visité plusieurs fois le Svalbard et le nord de la Norvège – et il est déchirant de voir à quelle vitesse le climat change et comment cela affecte tout, des glaciers à la glace de mer et aux animaux qui dépendent de la glace pour survivre. Tout dépend de la santé de la Terre et de la nature, même nous, les humains. Sans nature, pas de nous.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes pour le concours « Environmental Photographer of the Year » – pour plus de détails, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Marchand dit :

    Magnifique

  2. Merci dit :

    Il n’y a pas de mot.sublime