« Lens on Life » : La Petite Touche et Anna Nooshin traversent les frontières pour Nikon
Portrait

La Petite Touche, un duo de photographes et Anna Nooshin, ancienne réfugiée devenue entrepreneuse dans le secteur des médias, ont décidé de traiter le sujet difficile des frontières et de l’écart de richesse qui nous entoure par le biais de la photographie. Ils sont venus ensemble pour mettre la campagne #lensonlife qui consiste à explorer le contraste entre ceux qui ont et ceux qui n’ont rien. À travers leurs images, ils recherchent des histoires communes qui établissent des ponts entre ces deux mondes.

Quand les portes sont ouvertes sur un nouveau monde, les opinions changent et notre point de vue peut changer également. C’est pourquoi Nikon a lancé #lensonlife – un projet qui réunit différents mondes en célébrant des perspectives uniques. Lele et Phemina, également connus sous le nom de La Petite Touche, ont photographié Anna Nooshin, une ancienne réfugiée devenue entrepreneure dans le secteur des médias. Ils se sont tous rencontrés à Paris (ville natale de Lele et de Phemina) où ils ont erré dans les rues et ont découvert qu’ils avaient plus en commun qu’ils ne le pensaient au départ.

Voir le monde sous un autre angle

La Petite Touche nous explique : « Notre perspective est totalement unique. Personne n’aura jamais exactement la même perception de la réalité parce que sa vie n’a jamais été exactement la même. Quand quelqu’un arrive avec un fond différent et une appréciation personnelle de la façon dont le monde fonctionne, nous commençons à voir les choses différemment. »

« Ayant grandi à Paris, nous sommes conscients que la ville a deux faces. Avec Anna Nooshin et Nikon, nous avons capturé les deux ; l’environnement difficile des banlieues, l’élégance et le raffinement de La Rive Droite. Deux mondes auxquels Anna peut s’identifier. Comme moi, Anna a fui son pays en tant que réfugiée alors qu’elle était très jeune. Mais maintenant, elle est une entrepreneure médiatique prospère, menant une vie glamour, parcourant le monde et portant les plus beaux vêtements.

Des choses étonnantes se produisent lorsque nous réalisons que notre perception n’équivaut pas à la vérité. Vous êtes en mesure d’observer les circonstances et les gens d’un œil nouveau. En travaillant avec Anna, qui a son propre point de vue sur la vie, nous pourrions nous libérer de la vision des situations en termes de noir et blanc, de vrai ou de faux, de bon ou de mauvais.

Ce projet nous a appris beaucoup de choses sur nous-mêmes et sur le travail que nous accomplissons. En tant que photographes, être en mesure de communiquer l’histoire du fossé de richesse qui existe, par le biais de notre travail, a été vraiment spécial. Il est important que nous nous mettions au défi de regarder les deux côtés de l’histoire avec empathie. Nous espérons que le projet #lensonlife franchira ces frontières et ouvrira la voie à de nouvelles vues grâce au pouvoir de la photographie. »

Anna Nooshin précise : « Dans certaines communautés, le mot« rêveur » a une connotation négative. S’il est important de mettre ses idées en pratique, je pense que c’est aussi bien de pouvoir continuer à rêver. Tourner à Paris dans toute sa splendeur, tout en écoutant l’histoire de Lele qui dit ne rien avoir et beaucoup travailler, cela ne me fait pas oublier qu’il n’ya pas de rêve trop grand à réaliser. Regarder en arrière l’ascension que j’ai connue m’a rappelé que je devais continuer à rêver et à poursuivre ces désirs. C’est peut-être ce tournage avec La Petite Touche qui a fait jaillir ma créativité mais je serai toujours la petite fille qui a de grands rêves parisiens. »

Équipement utilisé

Pour ce projet, La Petite Touche a photographié avec le Nikon D850 et l’objectif AF-S NIKKOR 50mm f / 1.8G.

« L’incroyable qualité d’image du D850 nous a permis de capturer des histoires inspirantes. Il est extrêmement agile pour répondre à nos exigences avec des fonctionnalités telles que la prise de vue en continu et un mécanisme de commande du déclencheur et du miroir qui améliorent la stabilité de la composition.

En ce qui concerne l’objectif, le 50mm était un excellent compagnon. Il s’est très bien comporté dans des conditions de faible luminosité, en particulier dans les coins les plus sombres des rues de Paris. Cela nous a permis de capturer des images époustouflantes avec une faible profondeur de champ. Anna s’est donc démarquée sur le fond. Il rend un beau fond de la nature flou à ses paramètres d’ouverture plus larges, ce que nous avons adoré ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*