Photographe plus connu sous le pseudo « Comme un reflex » et très actif sur ses réseaux sociaux, Cédric Emeran immortalise son quotidien avec son Nikon 750. Particulièrement attaché au quartier d’affaires La Défense, il revient avec nous sur son parcours et ses inspirations. Découverte.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis photographe autodidacte de sensibilité urbaine basé à la défense. J’ai commencé la pratique de la photo d’architecture, de rue et de portrait en 2009.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Comment décririez-vous votre style photographique ?

Très bonne question ! Alors je le décrirai comme réaliste et accessible. Réaliste parce que je m’attache sur ma photo à être le plus fidèle à l’idée initiale et à ma perception du moment et du lieu. Pour l’accessibilité, je fais en sorte que ma photo soit facilement compréhensible par son titre et sa composition.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Que vous inspire La Défense, votre terrain de jeu favori ?

La Défense est une inspiration permanente. Elle m’inspire par ses jeux de lumières, son architecture cosmopolite qui fait cohabiter les tours des années 70-80 avec de nouvelles constructions de dernière génération. Les innombrables perspectives verticales et horizontales qui en découlent, sa mixité entre travailleurs et résidents, en bref par sa grande vitalité.

Ce lieu est d’une photogénie incroyable. Je tente régulièrement au travers de mes photos de changer sa perception. Valoriser ce quartier d’affaires est très important selon moi car il le mérite.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Mis à part cet espace, quels lieux aimez-vous particulièrement photographier ?

Les rues de Paris et depuis peu ses toits. Aussi la BNF Francois Mitterrand et la Villette sont d’excellents spots pour la photo urbaine.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Comment repérer les perspectives intéressantes pour une prise de vue ?

Tout élément permettant de diriger au plus loin le regard dans l’image est source de perspective. Etre au pied d’une tour ou à l’inverse en hauteur, les escaliers, les ponts, au-dessus des autoroutes, les rues… tous représentent des repères intéressants.

Avez-vous des sources d’inspiration particulières ?

Oui plusieurs ! La musique (le rap, le futur beats, l’electro et autre son urbain) m’accompagne, quand je shoote ou pendant mon editing. Egalement les clips musicaux, les reportages sur les grandes métropoles, certains comptes sur les réseaux sociaux, des amis photographes, les grands noms de la photographie, les musées (Jeu de Paume, la MEP, le BAL) dédiés à la photo, des rencontres avec des architectes etc… Mes inspirations sont multiples et très complémentaires.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Vous êtes très actif sur les réseaux sociaux, pourquoi les utiliser au quotidien ?

Oui en effet je trouve les réseaux sociaux géniaux pour rencontrer d’autres internautes, pour partager mes photos en dehors de mon blog, mes découvertes, mes astuces. Les réseaux sociaux, utilisés à bon escient, sont de formidables outils de communication, de promotion, de rencontres conviviales et inspirantes.

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Auriez-vous des conseils pour bien démarrer dans ce domaine ?

Oui avec plaisir. Je conseille d’observer son environnement proche dans un 1er temps. Bien souvent on ne voit pas ce que l’on a sous notre nez et on passe à coté de l’essentiel. Avoir une connaissance du lieu dans lequel on veut pratiquer la photo urbaine est un plus. On peut expérimenter plus facilement, on sent à l’aise et de fait on développe notre créativité. Si l’on a vraiment rien en bas de chez soi ou autour, l’idéal est de choisir un lieu qui vous parle vraiment et y aller régulièrement pour vous y sentir comme chez vous.

Ensuite je suggère de rester en alerte perpétuelle, de lever la tête le plus possible afin de découvrir de nouvelles perspectives. Et enfin d’écouter ses sensations, de ne pas hésitez à prendre en photo ce qui vous semble pertinent et intéressant. Et surtout, se faire plaisir !

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Quel matériel faut-il utiliser pour la photographie urbaine ?

Un transtandard et une focale fixe lumineuse 35 ou 50mm pour faire de la photo de rue de jour comme de nuit. Aujourd’hui j’utilise un Nikon D750 avec un 24-120mm f4, il me manque la focale fixe. Avant mon passage au plein format j’avais un D300s avec un 17-55 f2.8 et un 35 mm. C’était parfait aussi !

La Défense comme terrain de jeu : rencontre avec Cédric Emeran

Quels sont vos projets pour la suite ?

J’ai un projet qui me tient particulièrement à cœur depuis quelques temps, j’espère le concrétiser courant 2018. C’est la sortie de mon livre photo consacré à La Défense. Faites-moi confiance pour vous tenir au courant de sa sortie bien entendu.

cedric emeran

Cédric Emeran

Photographe urbain spécialisé dans l'architecture, basé sur Paris-La Défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*