Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

Reportage

Régulièrement, le photographe Pierre Destribats partage avec nous des paysages méconnus à travers des images impressionnantes qui révèlent tout la beauté de la nature, comme par exemple la Tasmanie qu’il nous faisait découvrir en 2015. Après la Laponie il y a quelques mois, il a profité d’un retour en Islande, cinq ans après son premier voyage, pour tester l’un des appareils de la gamme hybride, le Nikon Z6

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Cinq ans. C’est la durée qui sépare mes 2 voyages en Islande et en cinq ans, pas mal de choses ont changé. D’abord de mon côté puisqu’à cette époque, je n’avais pas vraiment idée de ce que serait le futur, bien que je savais, au fond de moi, que le voyage et la photographie en feraient partie intégrante.

Aujourd’hui, avec mon acolyte et associé Check My Dream, nous avons créé l’agence de voyage photo Renardo & Puffinou et aucun de nous ne se doutait il y a cinq ans que nous en arriverions là. C’est d’ailleurs grâce à ce périple islandais que nous est venu ce nom d’agence si singulier, faisant référence aux renards arctiques et aux macareux moine (Puffin en anglais) présents sur l’île. En cinq années, le tourisme a explosé en Islande et les endroits déjà touristiques comme ceux du « Golden circle » le sont encore plus, avec d’imposantes infrastructures d’accueil (commerces, restaurants etc.), les parkings ont doublé de superficie tout comme le nombre de véhicules qui les remplissent. Certains endroits sont devenus payants, d’autres ne sont plus accessibles en voiture comme auparavant (la carcasse du DC-3 pour ne pas la citer). Quand au camping sauvage, il serait maintenant interdit. Bref, comme dirait l’autre, c’était mieux avant. Personnellement, je préfère dire, c’était différent. En tout cas, l’Islande essaye de s’adapter à cette nouvelle manne touristique.

Fort heureusement, cela reste encore une île grandiose aux changements d’ambiances infinis. Des ambiances, il y en a d’ailleurs autant que de types de paysages, depuis les champs de basaltes recouverts de mousses et lichens, en passant par les plages de sable noire typique, des rivières et des cascades à n’en plus finir ou encore la présence de nombreux volcans et autres coulées de lave, pour finir par les glaciers parmi les plus imposants en Europe. Bref, la liste de curiosités géologiques est grande et renferme autant de spots photo de classe mondiale. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Pour ceux qui veulent voir moins de monde, il suffit déjà de sélectionner son point de chute : la péninsule volcanique de Snaefellsnes regorge d’endroits incroyables facilement atteignables et encore peu connus alors que sur cette même péninsule, d’autres spots mythiques comme le Kirkjufell sont pris d’assaut… Cette année, nous y sommes quand même retournés car la vue sur cette montagne pyramidale vaut le détour, mais nous avons cherché un point de vue différent, moyennant une petite randonnée…et au final personne autour de nous. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« En continuant sur la route principale faisant le tour de la péninsule et en gardant l’œil ouvert, on peut tomber sur certains endroits superbes relativement connus mais depuis certains points de vue seulement : c’est alors à chacun d’aller marcher et repérer pour trouver son propre terrain de jeu et quand en plus les belles lumières s’en mêlent, cela prend de suite de fières allures. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Quand vous êtes à l’extérieur du matin au soir, il est probable que la lumière ne soit pas toujours au rendez-vous ou alors pas comme espéré. Souvent en photo de paysage, le grand angle vissé sur le boitier, on veut en mettre le plus possible et tout montrer, mais parfois c’est peine perdue car à trop en mettre, on finit par ne plus rien montrer… Il convient alors de se concentrer sur les petits détails du paysage, du sol que vous foulez, des éléments autour de vous qui, pris à part, peuvent finalement suggérer ce qui se trouve autour de vous. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Ici cet assemblage de roches volcaniques complètement plissées à retenu mon attention, le tout avec des couleurs singulières. J’ai préféré faire un plan large au 16-35mm vissé sur mon D800 plutôt que de trop zoomer dans ce cas précis, histoire de rendre la lecture de cette image plus intuitive.

D’autres fois par contre, l’utilisation du 70-200mm f/2.8 VR  avec son piqué redoutable a pris tout son sens. C’est lors de pérégrinations près du glacier répondant au doux nom de Snæfellsjökull que je suis tombé sur cette touffe de mousse qui a subtilement pris racine sur ce sol volcanique ruisselant. Accompagné des 36M de pixels du boitier, les détails dans le végétal sont incroyables et le tout reste très graphique à l’œil. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Mais l’Islande a ses trésors bien cachés, qui se méritent et ne sont parfois que difficilement atteignables. Si l’île est bien desservie sur ses côtes grâce à la route principale N1, c’est moins le cas du centre qui, lui, reste l’aventure à l’état pur. Seules les pistes F s’y rendent, autrement dit des pistes uniquement carrossables par 4×4 et seulement en été, soit de juin à septembre. Partant de ce principe, beaucoup moins de monde se rend au centre, qui pourtant renferme tout ce que l’Islande a de plus beau et de plus sauvage. Pour ma part, le centre de l’île fera l’objet d’une expédition de repérage durant l’été 2020. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Néanmoins, les quelques pistes empruntées en septembre dernier nous ont mené à des endroits surprenants, comme ici dans ce canyon formé d’orgues basaltiques surmontées des couleurs automnales, finissant de décorer ce beau tableau. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« L’autre curiosité à découvrir en Islande, ce sont les grottes de glace que l’on peut trouver parfois sur les glaciers. Rappelons que comme ailleurs sur le globe, les glaciers en Islande sont en net recul et la différence à certains endroits comme sur la langue glaciaire du Jökulsárlón sont flagrantes en seulement quelques années. Normalement, le meilleur moment pour les visiter est l’hiver car la glace est complètement stabilisée. Nous y étions mi-septembre, c’était une des premières de la saison ouverte et effectivement la glace fondait de tout côté (la température extérieure à ce moment-là n’aidant pas non plus, 17°C …). Ce type de spot est irréel, les nuances de bleus sont profondes, la glace est translucide par endroit, mais tout cela est très compliqué à photographier à cause de la grande différence de luminosité entre la cave et l’extérieur : seul choix, « bracketer » en faisant ensuite un blending sur Photoshop sinon un HDR sur Lightroom. Dans ce cas j’ai préféré le HDR et après quelques bons traitements, j’ai retrouvé une image qui m’a plu. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Enfin, comment ne pas parler de l’Islande et ses trésors cachés sans parler des aurores boréales. Arrivé le 11 septembre, la saison avait déjà commencé quelques jours auparavant (il suffit que les premières heures de nuit reviennent à ces latitudes) mais encore fallait-il que l’activité solaire et la météo soient de la partie également… ! Les aurores sont un véritable cadeau du ciel et même un endroit très connu et photographié retrouvera son unicité sous les lumières dansantes ; tout comme les caves de glace sont éphémères, chaque aurore est unique et fera que votre photo le sera aussi. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« Pour ce séjour, Nikon m’a aimablement proposé de tester le tout nouveau Nikon Z6 accompagné du Nikkor 14-30mm F/4. Je voulais notamment le tester pour sa montée en ISO et je n’ai pas été déçu. La première image a été prise un soir de très faible activité mais où la lune éclairait le paysage, mettant en valeur le volcan et son glacier fraîchement enneigé. Mais 15 jours plus tard, accompagnés de nos stagiaires lors d’un voyage sur mesure, l’activité géomagnétique fut tout autre (montant jusqu’à KP6 pour les initiés) et changeant alors totalement l’ambiance sur ce même spot ! La lune absente, associé au sol basaltique noir, n’a laissé aucune chance à la lumière naturelle d’éclairer le paysage : ici seule la danse rapide des aurores éclairait la scène et c’est grâce à la montée en ISO que j’ai pu figer le mouvement. »

Retour en terre islandaise avec Pierre Destribats

« En cinq ans, l’Islande a ainsi vu exploser son flux de touristes mais elle n’en reste pas moins une destination de premier choix pour les photographes. Il suffit simplement de se renouveler dans son art pour ne pas faire les photos de monsieur tout le monde ou sinon de quitter les routes et endroits fréquentés pour vite se retrouver seul face à une nature somptueuse.

Ce périple de 3 semaines aura notamment servi de tout dernier repérage à un futur voyage photo qui fera partie des nouvelles destinations de Renardo & Puffinou. »

Pierre Destribats

Pierre Destribats

Photographe professionnel, autodidacte, spécialisé dans la photographie de paysages à travers le monde.

son matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. BERNARD CHAPUY dit :

    J’aimerai vraiment pouvoir en faire autant…et avec autant de talent !

  2. thierry beliard dit :

    beau reportage,photos superbes

  3. Daniel Jaffiol dit :

    Superbe des images qui donne envie de voyager

  4. Claude Michau dit :

    Photos magnifiques; j’aimerai avoir vos connaissances en matière de prise de vue.
    Quel talent !

  5. Christophe dit :

    superbe reportage avec de très belles photos surtout celle de la mousse sur le sol noir