Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

Interview

La série « Découverte jeune talent » est l’occasion pour Nikon de mettre en lumière des nouveaux talents de la photographie et des univers à part. Aujourd’hui, focus sur Briar Burns, jeune photographe qui nous présente son parcours, ses inspirations et sa relation avec la scène qu’elle sublime par son style original tout en couleur que l’on vous propose de découvrir.

Pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Briar Burns, et je suis photographe. Je suis née et ai été élevée au Nord de la Californie. Je suis entièrement autodidacte, et spécialisée presque exclusivement dans la photographie d’événements en direct, notamment musicaux mais aussi sportifs. J’ai commencé à travailler dans la musique lorsque j’avais 19 ans. Je n’étais pas sûre de ce que je voulais faire plus tard, ni même de vouloir aller à l’université, mais après avoir assisté à mon premier concert, j’ai décidé que je voudrais contribuer moi aussi à ce type d’événements d’une certaine manière. Ayant toujours été attirée par les arts et la création, j’ai décidé d’apprendre moi-même des techniques photographiques avec pour objectif de travailler en tant que photographe de concerts.

Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

Quelles sont vos inspirations ?

Je possède de nombreuses inspirations différentes. Je les puise beaucoup des autres photographes, comme la photographe de concert australienne Ruby Boland qui est une amie proche, et qui a véritablement déclenché mon intérêt et ma créativité. J’observe aussi délibérément les artistes que je photographie lorsque je me penche sur la direction créative de mes photos. J’apprécie vraiment pouvoir rendre compte de certaines facettes de l’identité artistique des musiciens à travers mon travail.

La post production occupe une part importante de votre création. Est-ce une démarche préparée en amont de vos shootings ?

C’est un mélange des deux. Lorsque je m’apprête à photographier un artiste, j’effectue toujours un petit travail de recherche au préalable. Il va du travail de recherche technique, par exemple en regardant des concerts sur YouTube pour que je puisse voir à quoi m’attendre, ou alors en me focalisant sur des petits détails comme la main avec laquelle ils tiennent leur micro afin de m’assurer d’avoir le cadrage que je recherche, à un travail plus conceptuel.

Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

Lorsque je photographie des artistes, j’essaye de faire de mon mieux afin d’harmoniser leurs style et choix artistiques, allant des visuels et éclairages de leur concert aux visuels de leurs supports promotionnels les plus récents et de leur album. Une fois que j’ai effectué mes recherches et que j’ai vu à quoi ressemblait leur concert, je m’y rends avec quelques idées de photos en tête que j’aimerais essayer de capturer, donc j’ai conscience de ce que je veux. Au-delà de cela, il y a certains choix stylistiques de design que j’aime utiliser (comme les surimpressions) donc lorsque je travaille sur un concert, je compose mes images de manière à ce que je puisse les appliquer.

La crise du COVID-19 a-t-elle impacté votre travail ?

Le COVID-19 a malheureusement réduit à néant l’industrie de la photographie dans laquelle j’évolue. Mon travail provenait entièrement des tournées des artistes et des festivals musicaux, donc lorsque la pandémie est arrivée, tous mes projets futurs et mes opportunités du moment ont disparu du jour au lendemain. Il m’a fallu une période d’adaptation, ainsi que pour tous les photographes travaillant dans les événements en direct et l’industrie musicale.

Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

Beaucoup d’entre nous, moi y compris, avons changé de travail alors que nous tentions de faire face à cette situation sans précédent. J’ai passé mon temps à faire une pause pendant la pandémie plutôt que d’essayer de continuer à photographier des milieux qui ne me passionnaient pas. J’ai transformé mon énergie créatrice en d’autres occupations, mais maintenant que les concerts et festivals ont pour le moment été annoncés pour la fin de l’automne et l’hiver aux Etats-Unis, je prévois de refaire de la photographie à plein temps dès que possible, et dès qu’il n’y aura plus de risque.

Avec quel matériel Nikon travaillez-vous ?

Mon premier appareil photo a été le Nikon D610. J’ai photographié au Nikon D750 ces dernières années, et j’ai récemment ajouté un nouveau boitier à ma collection avec le Nikon Z6, ainsi qu’un adaptateur (bague FTZ) me permettant de continuer à utiliser mes objectifs. J’apprécie également les objectifs Nikon, et photographie la plupart du temps avec un NIKKOR 24-70mm f/2.8, un NIKKOR 85mm f/1.8, et un NIKKOR 70-200mm f/2.8.

Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

J’ai choisi Nikon depuis le début car la marque est parfaite pour le type de contenu que je photographie. La plage dynamique des appareils photos Nikon est incroyable et totalement supérieure à la plupart des autres appareils que j’ai pu tester. J’apprécie le style des images qui sortent de l’appareil, et l’autofocus ainsi que les images par seconde sur les sujets sont remarquables lorsque ces derniers se déplacent rapidement dans une lumière faible et variable.

Découverte jeune talent : la scène tout en couleur par Briar Burns

Quel est votre meilleur souvenir de shooting ?

J’en ai quelques-uns qui m’ont vraiment marqué, mais il y en a un que j’affectionne particulièrement. Le premier concert auquel j’ai assisté a été celui de Twenty One Pilots à Oakland, en Californie, au début des années 2010. Il a eu lieu dans une petite salle, dont la capacité était peut-être de 2 500 places, et je m’y suis rendue afin de dépanner un ami qui avait besoin que je le conduise en ville. Je ne connaissais pas le groupe, mais ce concert a éveillé quelque chose en moi et j’ai fini par me mettre à pleurer durant l’événement tant il m’a profondément touchée. C’est à ce moment que j’ai réalisé que je voulais participer aux concerts d’une certaine manière, et c’est finalement ce qui m’a amenée à m’orienter vers la photographie.

Ce n’est que des années plus tard que j’ai enfin pu photographier Twenty One Pilots dans un cadre professionnel, et dans une salle de 20 000 places cette fois, et me tenir sur le devant de la scène juste avant le concert, le regard face à 20 000 personnes, m’a faite fondre en larmes à nouveau. C’était un moment de confirmation de voir à quel point le groupe avait évolué, et à quel point j’avais moi-même évolué pour être capable de photographier le groupe qui m’avait amenée à travailler dans la photographie et la musique en premier lieu. J’y ai pris certaines de mes photos préférées, et cerise sur le gâteau : le chanteur du groupe a repéré et liké mes photos de lui sur les réseaux sociaux. Il s’agit toujours d’un moment auquel je pense de temps en temps, lorsque je commence à me sentir découragée par ce que j’ai accompli.

Quels sont vos futurs projets ?

J’en ai beaucoup ! Je vais réemménager en Californie et m’installer enfin à Los Angeles. J’ai principalement travaillé dans la région de San Francisco pour ma carrière jusqu’à maintenant, mais j’ai décidé qu’il était temps de me placer au cœur des industries musicale et sportive. Lorsque les concerts reviendront pour de bon, j’espère pouvoir les couvrir en tant que photographe de presse à nouveau, tout comme j’espère pouvoir partir en tournée et travailler avec les groupes et artistes qui étaient prévus avant la pandémie.

Je suis excitée à l’idée de me retrouver au centre de tout cela une nouvelle fois, et au-delà de photographier des concerts et de travailler avec les artistes, j’espère pouvoir me diversifier en collaborant avec les marques que j’utilise, ainsi qu’avec les artistes et festivals avec lesquels j’ai déjà l’habitude de travailler pour capturer du contenu « on the road » pour eux. Après tout, l’avenir s’annonce meilleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*