« Neon » : L’utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux
Tuto

Lorsque la nuit tombe, la lumière cède son aspect naturel au profit de son caractère artificiel et les complications entrent alors en jeu. En effet, la photographie de modèles devient un véritable challenge. Mais n’ayez crainte, pour palier à cette difficulté, un art à part entière entre en jeu : l’utilisation de l’éclairage urbain. Ainsi, tout en proposant une esthétique unique, ces illuminations vont vous permettre d’octroyer une sensation d’apesanteur à vos clichés ainsi qu’aux spectateurs qui y sont confrontés. Mais comment s’y prendre ?

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Les prérequis

Avant de saisir votre appareil, partez en quête de spots sublimés par des néons. C’est en effet en flânant au travers de rues que, une fois la nuit tombée, l’inspiration vous viendra en tombant, par hasard ou non, sur l’endroit qui fera parler vos clichés. Essayez de n’opter que pour une seule couleur de néon, pour une plus grande immersion et payez attention aux autres lumières qui seraient susceptibles d’interférer avec votre scène (tels que les lampadaires, les voitures…). Gardez en tête que vous allez devoir jouer avec les réglages extrêmes de votre appareil alors cette étape est primordiale pour réussir vos photographies ! Enfin, méfiez-vous de la lumière des néons qui est susceptible de changer. Pour vous donner un ordre d’idée, pour une rafale s’étendant sur une durée de 10 secondes, le scintillement des néons peut apporter des rendus de couleurs différentes sur des intervalles très courts. Ces changements ne sont pas visibles à l’œil nu mais vos clichés en témoigneront bel et bien !

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Premièrement, jouez avec les ouvertures

Descendez le plus bas possible (F/2.8,F/1.8, F/1.4 ou bien F/4.0) dans l’optique d’obtenir une quantité de lumière optimale dans votre objectif. Une aubaine pour les photographies de nuit. Pour les puristes, régler l’ouverture au minimum est signe de vignettage (obscurcissement des contours) et symbolise même un manque de netteté sur les bords de l’image. Ainsi, le dernier mot est votre, et il conviendra, lors de votre shooting, de faire un choix entre lumière ou netteté optimale ! A noter que si vous ne possédez pas d’objectif à grande ouverture (F 4.0 ou F5.6), il sera très dur d’avoir une image lumineuse, nette et sans trop de bruit…

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

De plus, la vitesse doit aussi être assez basse pour privilégier la luminosité ; mais attention à ne pas trop la diminuer pour ne pas avoir de flous de mouvement. De surcroît, il est de mise de monter les ISO de votre boîtier, cela va cependant augmenter le “bruit” de votre scène, alors à vous de trouver le juste milieu.

Chez Nikon, l’alliance du AF-S NIKKOR 50mm f/1.4G et du D800 propose le juste compromis entre entrée de lumière et netteté de scène. En effet, cet objectif est idéal pour les “prises de vue réalisées dans des conditions de faible éclairage ou avec de faibles profondeurs de champ”. Grâce à ses nombreuses lamelles, la lumière entrante offre de grandes possibilités. Le Nikon D800 permet également de monter les ISO à 3200 sans trop accentuer le bruit. Sublimez votre prise de vue avec ces petites merveilles technologiques.

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Optimisez la mise au point de votre objectif

Réaliser une bonne mise au point est d’autant plus difficile dans l’obscurité. Votre œil sera donc votre plus grand allié alors tentez le mode manuel si votre sujet est fixe. Voici une petite astuce “bricolage” que j’ai acquise au cours de mes expériences.

En ayant recours à un câble de synchronisation SC 29 pour flash externe, il est possible de faire une mise au point rapidement grâce à l’illuminateur d’assistance “Autofocus”. Pour utiliser cette fonction, ne placez pas votre flash directement sur votre sujet mais cachez le, par exemple, dans votre poche et profitez de son unique performance. Ce dernier s’enclenche sans pour autant proposer de lumière de surplus ; votre modèle se retrouve alors mis en valeur dans des conditions de netteté optimales et douces.

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Ensuite, Adaptez la balance des blancs

Evitez le mode automatique de balance des blancs au risque de mettre en péril vos photographies !

L’adaptation de cette balance représente en effet une des étapes primordiales des clichés de nuit puisque les lumières artificielles sont multiples et varient donc considérablement. Ces dernières se veulent d’autant plus “froides” que la lumière du jour, qui est considérée comme “chaude”. Tentez donc de privilégier la source lumineuse la plus présente dans l’image ou, tout du moins, celle que vous souhaitez mettre en valeur.

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Évitez d’utiliser le flash interne

C’est là que la balance des blancs précédemment énoncée intervient ! Rangez votre flash pour ne pas gâcher l’esthétique de votre cliché et restez en mode mode manuel. Cependant, si vous souhaitez concentrer la lumière sous votre modèle et que les néons ne suffisent plus, privilégiez les flashs externes qui présentent une polyvalence bien plus adaptée.

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Concernant la surexposition et la placement

Le conseil que je peux vous donner est le suivant : il est inutile d’éviter les zones surexposées ! En effet, si vous exposez correctement un néon, l’ensemble de la scène sera automatiquement sous-exposée. Jouez donc avec cet effet et faites ressortir la beauté de votre modèle en faisant écho avec les lumières artificielles.

Lorsque vous serez confrontés à des néons d’enseignes, il sera de mise de privilégier les lumières à hauteur d’homme pour éviter, par exemple, les poches d’ombre sous les yeux de votre précieux sujet.

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Enfin, laissez parler votre “Moi” créatif

Ne perdez pas de vue que tous ces conseils sont là pour vous aiguiller et non vous dicter une quelconque démarche à suivre au pied de la lettre. L’approche artistique vous appartient et il ne tient qu’à vous d’apporter votre intellect, ainsi que votre cœur à l’oeuvre !

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Essayez par exemple de jouer avec le flou de la scène en faisant bouger votre boîtier pour créer une atmosphère psychédélique et donner une toute autre place à votre modèle. Une autre idée qui fonctionne parfaitement avec des néons est de choisir une scène minimaliste pour prôner le caractère idyllique du cliché et mettre votre modèle sur un piédestal. Sinon, l’utilisation d’un prisme peut apporter une touche quasi transcendante à votre cliché. Placez ce dernier devant votre objectif sur un bord extérieur ainsi que sur l’un des côtés du cadre, tout en jouant avec ses différentes dimensions, afin de faire réfléchir les néons dans le capteur. Ce dernier permet de dynamiser vos scènes et ajouter de nouvelles zones lumineuses à votre photo. Garanti sans retouches !

Enfin, lors de la phase de post-production, jouez d’autant plus avec la saturation en augmentant cette dernière, le résultat vous surprendra ! En effet, si vous ajouter du grain à la photographie d’origine (sous Lightroom ou Photoshop), vous fricoterez avec un résultat d’autant plus vintage, avec un côté authentique et argentique…

Neon : L'utilisation de l’éclairage urbain selon Thibault Copleux

Pour conclure, considérez l’obscurité comme une esthétique à part entière et jouez-en pour sublimer vos clichés et en faire ressortir leurs plus belles couleurs ; car comme prônait Jean-Paul Sartre, “plus claire la lumière, plus sombre l’obscurité… Il est impossible d’apprécier correctement la lumière sans connaître les ténèbres”.

T Copleux

THIBAULT COPLEUX

Photographe basé à Annecy et actuellement étudiant en information et communication, passionné par la photo. Amateur depuis quelques années avec une belle expérience et l'envie de découvrir un monde particulier, il s'intéresse également à la vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. Charbonnel dit :

    Passionnant et très instructif, merci beaucoup Thibault

  2. Sylvie Jacob dit :

    Merci pour ces tutos très intéressants.

  3. robles dit :

    J’aime et très intèressants les conseils merci

  4. Mchel Krieg dit :

    Merci pour ce reportage, avec un résultat très intéressant des photos de nuit que j’adore

  5. Gressy Agnes dit :

    Bonjour et merci pour tous ses conseils et beaux clichés bon dimanche à tous