Sublimez vos paysages montagneux avec les conseils de Stefan Forster

Tuto

Le voyage #CreateYourLight se poursuit avec Stefan Forster, photographe spécialisé dans les paysages de montagne. Retrouvez Stefan alors qu’il se dirige vers un nouveau paysage alpin accompagne de son Nikon Z 7II et découvrez ses conseils d’expert sur la façon de composer avec la météo et vos objectifs pour capturer une lumière parfaite.

« Être photographe de paysage a toujours été ma passion car j’ai toujours été un garçon lié à la nature. Le défi pour moi, et pour la plupart des photographes de paysage aujourd’hui, est de savoir comment capturer des images uniques et éviter celles qui ont été vues un million de fois auparavant. C’est pourquoi j’aime explorer les régions éloignées, sans rues pour m’y guider, et courir après les situations météorologiques rares. Je veux capturer des décors à des moments uniques.

Oser photographier à main levée

Je visite généralement un lieu plusieurs fois avant de trouver ce moment où je veux prendre la photo car la lumière est si spéciale. Lorsque Nikon m’a proposé d’emmener le nouveau Nikon  Z 7II dans les Alpes autrichiennes, je n’ai eu que deux jours dans un endroit que je n’avais jamais visité auparavant. Lorsque vous avez moins de temps à passer dans un nouvel endroit, il peut être très utile de prendre des photos à l’épaule. Capturer des paysages à l’épaule est inhabituel, mais cela vous donne la liberté d’essayer différentes perspectives et de réagir plus rapidement. Vous pouvez prendre quatre ou même cinq perspectives d’une certaine zone dans un laps de temps relativement court.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 70-200mm f/2.8 @ 1/640s, f/9, 102mm, ISO 125. Photo © Stefan Forster

Personnellement, je déteste installer le trépied et attendre, alors j’apprécie fortement que le Z7II me permette de me déplacer librement. C’est comme si le système de stabilisation de l’appareil était fait pour moi ! L’appareil est si robuste que je n’ai pas besoin de m’en soucier lorsque je cours d’un endroit à l’autre en poursuivant la lumière. Pour moi, courir après la lumière signifie soit venir encore et encore à un endroit jusqu’à ce que la lumière soit bonne, soit littéralement lui courir après – par exemple en suivant un trou dans les nuages ! Pour cela, il faut être capable de bouger rapidement.

Chasser la lumière

Je suis un chasseur de lumière et je passe beaucoup de temps à chasser les phénomènes météorologiques et lumineux étranges, comme les nuages lenticulaires dans une lumière ou une formation très spécifique.

Pour moi, tout est question de modèles – de la terre et du temps. Quand j’organise mes propres prises de vue, je planifie tout ! Avant de décider de me rendre sur un lieu, je vérifie les webcams pour me faire une idée du terrain. La première fois que je me rends sur place, je prends rarement une photo. Je passe le temps à faire du repérage, à chercher l’endroit où la perspective a quelque chose de magique.

Pour moi, tout est question de motifs – le terrain et le temps. Même le plus beau paysage ou la plus belle composition ne vaut rien si la lumière n’est pas belle elle aussi. La lumière, qui se compose aussi de nuages, est la chose la plus importante qui soit. Le ciel bleu est trop plat. Le ciel gris est trop ennuyeux. Ce dont j’ai besoin, ce sont des nuages.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-30mm f/4S @ 1/8s, f/11, 16.50mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Repérer les conditions idéales

Il vaut la peine de prendre le temps de s’informer sur les conditions météorologiques et les nuages, car on ne peut pas compter uniquement sur la chance. Je pense que 80% de la photographie de paysage est une question de planification et de connaissance, et 20% de chance. En tant que photographes de paysage, nous avons à notre disposition des outils que nos prédécesseurs n’avaient pas – et je les utilise tous !

Je regarde les images satellites pour me faire une idée des conditions météorologiques avant de décider des jours pour venir. La direction du vent est très importante, car lorsque vous connaissez la direction spécifique du vent, vous pouvez voir quels nuages arrivent.

Nikon Z 7 + NIKKOR Z 24-70mm f/2.8 S @ 1/320s, f/4, 31.50mm, ISO 500. Photo © Jarno Schurgers

En photographie de paysage, cela peut être plus facile que vous ne le pensez. Par exemple, dans la plupart des régions du monde, il y a un schéma météorologique typique, connu sous le nom de « backside weather », qui suit un front froid. Vous pouvez vraiment le chronométrer : si le front froid s’éloigne à l’approche du soir, il y a de fortes chances que, lorsque le soleil se couchera à l’ouest (la direction dépend bien sûr de votre emplacement), les derniers rayons de soleil frapperont les nuages du front froid qui se retire. C’est absolument magnifique.

Utiliser des motifs

Je cherche toujours les motifs dans une composition. J’aime une vue où il y a quelque chose de spécial au premier plan et un ciel avec des nuages. J’aime aussi les motifs que créent les rayons du soleil. Si vous prenez une photo du soleil avec un téléphone portable, c’est juste un point jaune ou blanc surexposé dans le néant. Je pense que le soleil doit être un élément qui est délibérément mis en œuvre dans la composition.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-24mm f/2.8S @ 1/125s, f/16, 14mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Les objectifs Z sont parfaits pour capturer les étoiles solaires. J’aime particulièrement le 20mm f/1.8 prime, le 14-30mm f/4 zoom, et le nouveau 14-24mm f/2.8. Lorsque vous photographiez des rayons de soleil, il est important d’être conscient du réglage de l’ouverture. J’aime photographier entre 13 et 16, mais jamais jusqu’à 22 car l’ouverture devient trop petite pour des images nettes du soleil à ce moment-là.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-24mm f/2.8S @ 1/320s, f/16, 14mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Utiliser des filtres et trouver l’angle parfait

Les filtres sont obligatoires pour les photographes de paysage. J’utilise des filtres polarisants pour environ 80 % de mes prises de vue, et le nouvel objectif NIKKOR Z 14-24 mm f/2,8 possède un élément frontal plat, ce qui permet d’utiliser des filtres à visser – ce qui est extrêmement utile. Si vous photographiez des paysages alpins, votre distance de vision peut être limitée en raison de la réflexion des particules d’eau dans l’air. Dans ces situations, un filtre polarisant peut doubler votre distance de vision et éliminer les reflets dans l’image.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 24-70mm f/4S @ 1/160s, f/11, 35.40mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Pour qu’un filtre polarisant fonctionne au mieux, il faut que vous photographiez sous un certain angle par rapport au soleil. Vous obtenez les meilleurs résultats lorsque le soleil brille à environ 90 degrés de côté, ce qui est aussi la lumière que j’aime le plus car vous avez de belles et longues ombres.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-24mm f/2.8S @ 1/160s, f/16, 14mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Savoir surexposer

La gamme dynamique des appareils Nikon sans miroir est tellement incroyable que vous pouvez utiliser pleinement ce que l’on appelle « l’exposition à droite ». Lorsque vous exposez à droite, vous réglez l’exposition d’une image de manière à ce qu’elle soit aussi élevée que possible à l’ISO de base et qu’elle puisse recueillir le maximum de lumière.

En réglant votre appareil photo de manière à voir l’histogramme dans le viseur électronique, vous pouvez vous concentrer sur le point le plus lumineux et l’exposer parfaitement. Si vous photographiez des paysages montagneux, le point le plus lumineux de l’histogramme (les montagnes) doit être aussi proche que possible du bord droit (100 % de blanc) – sans le toucher. Pour moi, le meilleur histogramme montre que le point le plus lumineux se situe autour de 98 % ou 99 %.

Cette méthode de prise de vue signifie que des zones de l’image semblent sombres dans les fichiers RAW, mais la gamme dynamique du Z 7 II est si bonne que vous pouvez facilement récupérer les points sombres en post-production, alors que vous ne pouvez pas récupérer les points lumineux.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 20mm f/1.8S @ 30s, f/1.8, 20mm, ISO 3200. Photo © Stefan Forster
Nikon Z 7II + NIKKOR Z 20mm f/1.8S @384s, f/1.8, 20mm, ISO 400. Photo © Stefan Forster

Régler manuellement la balance des blancs

Beaucoup de gens disent qu’il n’est pas nécessaire de régler la balance des blancs lors de la prise de vue car c’est la chose la plus facile à régler en post-production. Mais si j’essaie de travailler sur des photos que j’ai prises il y a peut-être deux ans, je ne trouve pas qu’il soit si facile d’utiliser les fonctions de balance des blancs automatique du logiciel.

S’il y a un délai important entre la prise de vue et le moment où vous vous mettez au travail sur les photos, ce que vous faites avec la balance des blancs lorsque vous prenez des photos en extérieur peut vous aider beaucoup. J’utilise un réglage de balance des blancs entièrement manuel qui vous permet de régler la température Kelvin exacte souhaitée. Depuis que j’ai commencé à prendre des photos avec des appareils Nikon hybride (sans miroir), je peux voir les couleurs parfaites dans le viseur avant même d’appuyer sur le bouton.

Le réglage parfait dépend des conditions de lumière, mais en général – pendant la journée – je règle la température entre 5750 et 6250 Kelvin. Lorsque le soleil se couche, je peux atteindre 7000 Kelvin. Pendant le coucher du soleil, je reviens à 6500, et après le coucher du soleil jusqu’à 8000, 9000, voire 10 000 Kelvin.

Setting white balance manually: Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-30mm f/4S @ 1/10s, f/11, 26.50mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Améliorer la netteté de vos images

Je veux que mes images soient nettes de l’avant à l’arrière. Pour y parvenir, je règle la distance hyperfocale de mon objectif : c’est la distance la plus proche à laquelle un objectif peut être mis au point tout en conservant aux objets à l’infini une netteté acceptable. Plus l’angle est grand, plus la distance est proche. Par exemple, si je photographie avec un zoom de 14-24 mm, alors la distance hyperfocale pour 14 mm à f/8 est d’environ 1,2 m. C’est beaucoup plus proche de moi que si je photographiais à 20 mm.

Vous verrez souvent des photographes de paysages pointer l’appareil photo vers le bas pour pouvoir régler la distance hyperfocale avant de déplacer l’appareil photo vers le haut pour prendre la photo. J’aime quand le premier plan, le centre, l’arrière-plan et le ciel sont nets. À cet égard, on pourrait dire que je suis un photographe de paysage traditionnel ».

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 14-24mm f/2.8S @ 1/125s, f/14, 14mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Note : Si vous voulez régler la distance hyperfocale de votre objectif, vous pouvez chercher sur Google des « graphiques de distance hyperfocale ». Certains sites web proposent des tableaux qui répertorient la distance hyperfocale pour une longueur focale et une ouverture données, dans des formats imprimables.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 24-70mm f/4S @ 1/160s, f/11, 35.40mm, ISO 64. Photo © Stefan Forster

Bonus Nikon School : comment régler manuellement votre balance des blancs ?

Si vous souhaitez régler manuellement la balance des blancs en déplacement, vous pouvez le faire facilement en utilisant le i-menu de votre appareil photo Nikon Z. Pour accéder au i-menu, il suffit d’appuyer sur le bouton i au dos de votre appareil photo. Choisissez le sous-menu Balance des blancs et basculez pour sélectionner « K » (choisissez votre température de couleur). En appuyant sur la flèche vers le bas de votre sous-sélecteur, vous pouvez accéder au menu pour insérer la valeur et la teinte de la température de couleur que vous souhaitez.

La température de couleur est mesurée en Kelvin. En général, on parle de lumière chaude (comme la lumière d’une bougie ou d’une ampoule à filament) et de lumière froide (la lumière directe du soleil est en fait froide en termes de couleur). Le spectre va du jaune/orange (chaud) au bleu (froid). Les couleurs chaudes ont des valeurs Kelvin basses, comme 2400K, et les couleurs froides ont des valeurs plus élevées. Le ciel bleu clair que l’on voit souvent en montagne peut atteindre 15 000 K ou plus.

Nikon Z 7II + NIKKOR Z 24-70mm f/2.8S @ 1/800s, f/6.3, 70mm, ISO 125. Photo © Stefan Forster

Lorsque vous utilisez les préréglages de la balance des blancs de votre caméra, comme « lumière directe du soleil » ou « nuageux », la caméra choisit automatiquement les réglages de température de couleur corrects. Mais si vous voulez contrôler totalement les couleurs de vos images, il vaut la peine d’expérimenter la suggestion de Stefan et de régler manuellement la balance des blancs. Et ne vous inquiétez pas : si vous n’aimez pas les résultats que vous obtenez, vous pouvez toujours modifier les paramètres de la balance des blancs sans compromettre la qualité de l’image lorsque vous modifiez vos fichiers RAW

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. alain roeland dit :

    pas fan du ciel bleu sans nuages, même en montagne, sauf si on veut la carte postale

  2. Serge dit :

    C’est tuto pour les nuls, avec en prime des images passables. Nikon un effort svp .
    C’est surtout une mauvaise pub pour le Z7

  3. Georges Debono dit :

    Très belles photos.

    Merci beaucoup pour vos précieux conseils.