Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Interview

Alfie Bowen a pris un appareil photo pour la première fois il y a sept ans, à l’âge de 16 ans, pour échapper à une décennie de brimades incessantes parce qu’il souffrait de troubles du spectre autistique. Aujourd’hui âgé de 23 ans, il a transformé son affinité de toujours pour le monde naturel en une carrière photographique florissante. Son travail a été salué par des célébrités telles que Sir David Attenborough et sa première exposition solo s’est vendue en quatre heures. Récemment signé par Castle Fine Art avec un livre, Wild World : Nature Through An Autistic Eye, qui sera publié cet automne, il est sans aucun doute un nom à suivre.

Nous nous sommes entretenus avec lui juste après sa nomination en tant que Nikon Z Creator et en tant que juge pour la 14e édition du prix annuel du photographe environnemental de l’année. Cette année, les sponsors sont Nikon et WaterBear, la première plateforme de streaming gratuite dédiée à la création d’une vie meilleure sur la planète, avec laquelle Alfie a réalisé un film très émouvant sur son combat de toute une vie contre les préjugés et sur sa mission de mettre en lumière le sort des espèces menacées et d’accroître la sensibilisation et la compréhension de l’autisme.

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Quel âge aviez-vous lorsque vous avez découvert que votre autisme ?

Le diagnostic n’est tombé qu’en 2009, à l’âge de 11 ans. Je n’ai donc pas pu bénéficier des interventions précoces qui auraient pu atténuer mes souffrances plus tard, mais les symptômes étaient visibles dès le plus jeune âge. L’autisme est un trouble très répandu qui affecte chaque personne différemment, mais qui entraîne souvent des problèmes de communication sociale et de surcharge sensorielle. Dans mon cas, cela signifiait que j’étais rarement tranquille, que je demandais une attention presque constante et que mes compétences sociales étaient quasi nulles. Ma mère, qui était puéricultrice, soupçonnait que je pouvais être autiste, mais quand j’étais petit, j’étais dans ma petite bulle, et je n’ai pas vraiment su que j’étais si différent avant d’arriver au collège.

Qu’est-ce qui a alimenté votre intérêt pour la nature ?

J’ai toujours été obsédé par les animaux. Pendant un certain temps, je n’ai pas parlé, puis un jour, à l’âge de deux ans, alors que je nourrissais les canards avec ma mère, j’ai sorti le mot « colvert ». Même à un jeune âge, je me sentais piégé, claustrophobe et profondément malheureux à l’intérieur. Ça ne me convenait pas. Je m’échappais dans le jardin dès que je le pouvais, passant des heures dehors par tous les temps à explorer, à jouer dans la boue et à observer les créatures qui y vivaient.

J’aimais aussi nos vacances annuelles en famille dans la forêt de Weybourne, dans le Norfolk, il y avait une cabane en rondins au milieu des arbres. J’adorais regarder par la fenêtre la nature sauvage de l’autre côté de la vitre. Pour un enfant autiste, une forêt n’est jamais simplement une forêt – c’est un ensemble éblouissant de verts scintillants, de bruns terreux et de faisceaux lumineux semblables à des lasers qui se frayent un chemin à travers la canopée. Pour moi, c’était le paradis terrestre, un pays des merveilles où je pouvais me sentir heureux et me permettre de rêver.

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Votre amour de la photographie s’est-il développé à partir de ces premières expériences ?

Cela a commencé à l’adolescence comme un autre moyen de satisfaire mon obsession pour le monde naturel, mais je me suis vite rendu compte que lorsque j’étais sur le terrain, un appareil photo à la main, j’oubliais le stress et la tristesse de la vie. Prendre des photos d’animaux était le seul moment où je me sentais vraiment détendu et vraiment moi-même. Les animaux ne se sont jamais moqués de moi comme les gens l’ont fait, donc j’ai toujours eu un lien avec eux et je leur ai fait confiance plus qu’aux gens.

J’ai eu du mal avec l’enseignement ordinaire, en particulier au collège, qui était un enfer. On me disait que je ne réussirais jamais un examen ou que je n’arriverais à rien, et chaque jour était une bataille – les remarques constantes, les regards et l’incapacité totale des gens à accepter mes différences me donnaient l’impression d’être un étranger, comme si tout le monde autour de moi parlait une langue étrangère. La plupart des enfants parlaient de voitures, de motos, de célébrités et de rencontres, et on se moquait de moi parce que je ne m’intéressais qu’aux animaux. Même si j’ai essayé d’apprendre les sujets de conversation « normaux » des adolescents afin de pouvoir participer aux discussions, j’ai toujours été évité et harcelé sans relâche.

Tout cela a conduit à de graves problèmes de santé mentale et à de multiples tentatives de suicide – la première à seulement 15 ans. J’ai ensuite tenté de mettre fin à mes jours quatre autres fois. J’avais l’impression d’être écrasé et je devais m’échapper. Mais lorsque je sortais avec mon appareil photo, c’était comme si un interrupteur était actionné – je perdais toute mon anxiété et mon sentiment de non-appartenance. La photographie est devenue mon échappatoire, mon langage. Je ne doute pas qu’elle m’ait sauvé la vie.

Quand les choses ont-elles commencé à changer ?

Après de nombreuses batailles juridiques, en 2014, alors que j’avais 16 ans, ma mère m’a fait entrer dans une école privée à besoins éducatifs spéciaux, pas très loin de chez moi, dans le Suffolk – Centre Academy East Anglia. Je suis passé d’un environnement de plus de 1000 élèves, où personne ne prenait la peine de me dire bonjour, à un environnement de pas plus de 50 élèves, où chaque personne semblait s’intéresser à moi. C’était en fait assez accablant pour commencer, et j’ai passé ma première année à réapprendre à faire confiance aux gens. J’avais gardé le secret de ma photographie dans mon école précédente, mais j’ai fini par en parler au directeur de l’académie et, avant même de m’en rendre compte, toute la communauté m’a soutenue. J’ai cessé d’être traité comme un numéro pour l’être comme un individu, et cela a vraiment renforcé ma confiance – je me suis senti à nouveau vivant. Je suis devenu le premier élève principal de l’histoire de l’école, j’ai obtenu six GCSE et sept A-levels avec des notes de A à B, et j’ai reçu cinq offres d’universités.

Pourquoi avez-vous décidé de vous concentrer sur une carrière de photographe ?

Je ne suis pas sûr d’avoir vraiment pris cette décision. C’est arrivé comme ça. La photographie était devenue ma thérapie, alors cela aurait laissé un grand vide si je ne l’avais pas poursuivie. Lorsque j’ai quitté l’académie en 2018, à l’âge de 20 ans, je suis allé à l’université, mais j’ai malheureusement subi d’autres brimades et je suis parti au bout de trois semaines. J’ai pris un mois pour récupérer, et pendant ce temps, j’ai décidé que cette expérience n’allait pas m’arrêter – j’allais suivre mes rêves, et aussi dur que cela soit, je n’abandonnerais pas.

J’ai créé mon entreprise plus tard dans l’année. J’ai rencontré Da Vinci Fine Art pendant la courte période où j’étais à l’université, et ils m’ont aidé à lancer ma carrière. J’ai ensuite entendu parler de Castle Fine Art, le principal réseau de galeries d’art du Royaume-Uni, mais je savais que mon travail était bien en deçà du niveau de leurs autres artistes, j’ai donc passé deux ans à peaufiner mon portfolio avant de finalement postuler pour les rejoindre en août dernier. Dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé recevoir une réponse, et encore moins être inscrit. C’était un moment très spécial, et je dois encore me pincer.

Je viens de lancer ma première collection avec eux, Call Of The Wild, et la deuxième sortira à l’automne. Chris Packham et Sir David Attenborough comptent désormais parmi mes fans. Je n’ai jamais pensé que j’arriverais à ce que je suis aujourd’hui. Ça ne semble pas vraiment réel. Rien de tout cela ne l’est.

Quel est l’impact des troubles du spectre autistique (TSA) sur votre photographie ?

Je n’ai jamais été photographe sans TSA, mais les gens me disent que je remarque des choses que les autres ne remarqueraient pas, ce qui est logique puisque les personnes atteintes du spectre sont connues pour avoir une conscience sensorielle accrue. Remarquer tout peut aussi être extrêmement épuisant et accablant lorsque je suis en public, mais je ne pourrais pas faire ce que je fais sans cette attention aux détails, et je m’en félicite. Le cerveau des autistes est complexe – il ne s’arrête jamais pour se reposer et demande toujours de nouvelles informations utiles, ce qui est très important pour la photographie animalière. Je passe des heures à apprendre tout ce qu’il faut savoir sur les animaux que je vais photographier avant de commencer, afin de pouvoir prédire leurs comportements – ce qui facilite grandement l’obtention des images que je recherche.

Les TSA m’aident aussi à visualiser mentalement ce que je veux capturer et me donnent la détermination et l’obsession de le créer parfaitement. L’obsession est une caractéristique importante de l’autisme. À un moment donné, j’ai fait une fixation sur les flamants roses et j’ai passé une année entière à les photographier. Je passe beaucoup de temps à réfléchir à mes images avant d’aller les chercher. Il m’arrive de passer une nuit agitée et de trouver des idées à deux heures du matin. Il me faut parfois des mois, voire des années, pour obtenir l’image finale – le bébé girafe qui regarde l’appareil photo, avec le corps de sa mère derrière lui, en est un exemple. Il m’a fallu six tentatives pour obtenir ce que je voulais, et quand j’ai enfin réussi, j’étais tellement excitée que j’avais envie de sauter en l’air !

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Une grande partie de votre travail est en noir et blanc. Avez-vous l’intention de vous concentrer sur ce style ?

Je photographie en couleur, mais j’envisage mentalement et j’esquisse mes photos avant même d’aller sur le terrain, et la plupart sont prévues pour finir en noir et blanc – cela permet de créer des photos qui sont beaucoup plus puissantes sur le plan émotionnel. C’est très important pour moi, car j’essaie d’amener les gens à se connecter émotionnellement et à regarder les animaux plus en profondeur plutôt que de se concentrer uniquement sur leur apparence. Cela me permet également d’exprimer mes propres émotions. Bien que je sois une personne émotive, je trouve parfois difficile de montrer ce que je ressens. La photographie est mon langage, elle me permet donc d’exprimer cette énergie. Je trouve également le noir et blanc beaucoup plus facile à regarder – c’est une pause agréable dans un monde plein de couleurs, qui peut être écrasant quand on est autiste.

Quels sont vos plus grands défis photographiques ?

Je suis très dur avec moi-même – seuls 150 de mes 42 000 fichiers d’images ont été publiés. Je sais ce que je veux et si je ne l’obtiens pas exactement, autant le jeter à la poubelle. Cette ténacité peut être ennuyeuse, mais je sais que sans elle, je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Les animaux avec lesquels je travaille constituent un autre défi : ils font ce qu’ils veulent, quand ils le veulent, ce qui signifie que je dois souvent rester au même endroit pendant plusieurs heures pour obtenir l’image. Mon record est de six heures, à attendre la photo d’un rhinocéros sur une colline. Je la cherche depuis deux ans et je l’ai finalement obtenue hier. C’était un moment spécial, un rappel de ne jamais abandonner.

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Comment s’est passé votre contrat de publication ?

Cela faisait plus de quatre ans que je voulais publier un livre de mes photographies, mais sept éditeurs m’avaient refusé. J’ai donc travaillé à la constitution d’une solide collection de 200 images et, début 2020, j’ai contacté ACC Art Books, qui a adoré l’idée. Je suppose que c’est une autre leçon pour ne jamais abandonner. ACC était enthousiaste à l’idée de mettre l’accent à la fois sur la faune et sur mon parcours avec l’autisme, et le fait d’avoir un éditeur qui se soucie réellement du message plus large qui se cache derrière était vraiment important pour moi.

Le livre s’intitule Wild World : Nature Through An Autistic Eye et j’ai reçu la version finale la semaine dernière ; j’ai hâte de tenir le produit fini en septembre – ce sera un moment très spécial. Pour chaque livre vendu, nous faisons don de 50 pence au WWF, avec lequel je travaille étroitement. C’est bon de pouvoir rendre quelque chose au monde animal après tout ce que j’ai reçu de lui.

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Quelle est l’histoire du film que vous avez réalisé avec WaterBear, An Eye For Detail ?

J’ai contacté WaterBear l’année dernière, juste après son lancement, et j’ai immédiatement sympathisé avec Ellen, leur PDG, et toute l’équipe. C’est un groupe de personnes incroyables. À l’époque, je n’avais pas vraiment de projet, si ce n’est celui de sensibiliser le public à l’autisme. L’idée du film est née naturellement de nos conversations.

Le réaliser ne ressemblait à rien de ce que j’avais fait auparavant, et c’était un grand pas en avant pour quelqu’un qui avait des difficultés sociales comme moi. Nous voulions communiquer mon amour pour le monde naturel et mon parcours avec l’autisme, et comme nous n’avions que peu de temps pour le faire, nous avons décidé de raconter l’histoire en utilisant trois lieux qui ont joué un rôle important dans ma vie – ma maison, Castle Fine Art, et Africa Alive, qui est un zoo du Suffolk pour lequel j’ai un abonnement depuis l’âge de deux ans.

Il est difficile de mettre des mots sur ce que j’ai ressenti en voyant le film terminé pour la première fois. Je pense que nous avons créé quelque chose de vraiment puissant et nous avons eu des retours incroyables. Je pense que la chose la plus spéciale pour moi a été le nombre d’enfants autistes et leurs parents qui m’ont contacté pour me dire combien je leur avais donné de l’espoir et combien regarder le film les avait aidés. Je suis maintenant le mentor de quelques enfants autistes, et l’un d’entre eux vient de remporter plusieurs prix pour ses photos d’oiseaux, ce qui est très agréable. J’espère que le film continuera à inspirer les personnes autistes à continuer à se battre, car le soleil brille vraiment à nouveau.

Avez-vous été surpris par notre invitation à devenir un Z Creator ?

Surpris et honoré ! Tout s’est passé par l’intermédiaire de WaterBear, qui m’a demandé en mars si j’accepterais d’être juge pour le concours du photographe environnemental de l’année, qu’ils parrainaient avec le CIWEM et Nikon. J’ai évidemment été ravi de cette proposition et j’ai vraiment hâte de voir toutes les candidatures du monde entier et de m’en inspirer.

Ensuite, en avril, WaterBear a organisé un Instagram Live pour la Journée mondiale de l’autisme, avec moi et le responsable du marketing de Nikon Europe du Nord, Julian Harvie, comme intervenants. Julian avait déjà vu mon film et était vraiment intéressé par mon histoire, et cela a conduit Nikon à me demander de rejoindre leurs Z Creators. Je suis un photographe Nikon depuis 2015, c’est donc un véritable privilège de faire partie de la famille Nikon, et de défendre leur incroyable kit, ainsi que les services incroyables qu’ils proposent.

Alfie Bowen, photographe animalier, auteur et activiste

Pourquoi avez-vous commencé à utiliser des appareils photo Nikon ?

Lorsque j’ai commencé à prendre des photos en 2014, j’utilisais le petit compact de ma mère, qui n’était pas plus grand que ma main, et j’ai rapidement été frustré par ses capacités limitées. Il ne me permettait pas de sélectionner l’ouverture, l’ISO ou de faire la mise au point manuellement, et cela limitait ma créativité. J’avais lu que Nikon était le meilleur dans ce domaine, alors j’ai commencé ma liste de Noël en octobre de cette année-là, et ça a marché ! J’ai reçu mon premier reflex numérique Nikon – le D3200, que j’ai toujours dans mon placard – et je ne l’ai jamais regretté. Je suis passé au Nikon D7200 et à l’AF-S NIKKOR 200-500mm f/5.6E ED VR, et dans le cadre de mon parrainage en tant que Z Creator, je viens de recevoir le Nikon Z 7II et le zoom Nikkor 70-200mm f/2.8 de la série S avec le téléconvertisseur 2x.

Comment pensez-vous que la série Z vous aide dans votre travail de photographe ?

Le Z 7II est le premier appareil photo plein format que j’ai possédé, et le premier appareil sans miroir, donc j’ai hâte d’être sur le terrain et d’explorer tous les avantages que cela procure. Je me concentre sur les détails et la texture, et il est évident que l’augmentation de la taille du capteur permet de capter beaucoup plus de détails, ce que j’adore – et cela signifie également que je peux recadrer une image capturée sans perdre aucun détail. Il est beaucoup plus léger que mon reflex numérique, mais je pense que le plus grand changement jusqu’à présent a été l’utilisation du viseur électronique – c’est comme regarder un petit écran de télévision. J’aime beaucoup cet appareil. J’aimerais aussi essayer mon 500 mm avec l’adaptateur FTZ.

Quel est votre prochain projet ?

Je me concentre surtout sur l’automne, avec le lancement du livre et une tournée prévue dans les écoles britanniques pour sensibiliser les gens à l’autisme et à l’acceptation des différences. Je vais photographier ma collection 2022 pour Castle et j’aimerais aussi vraiment faire le portrait d’un guépard – j’adore les marques de leur visage, mais je n’ai pas encore réussi à les capturer. Mon rêve ultime est de vendre suffisamment de tirages et de livres pour pouvoir aller en Afrique et photographier ces animaux dans leur habitat naturel.

Comment combinez-vous vos deux missions – sensibiliser à la conservation et à l’autisme ?

Je crois fermement que le changement ne survient que lorsque nous nous levons et nous battons pour lui. L’art m’a donné une voix quand je n’en avais pas auparavant, quand je ne pouvais pas m’exprimer parce que je n’avais pas la confiance nécessaire pour parler aux gens. La photographie m’a également donné une raison de continuer à vivre dans les jours les plus sombres et c’est maintenant un outil que j’utilise pour inspirer les autres.

Si on vous a donné une voix, aussi petite soit-elle, vous devez l’utiliser pour provoquer un changement positif. Ce n’est pas une option – c’est un devoir, et il est tout simplement impardonnable de renoncer à ce devoir, de se la couler douce et de ne pas faire de vagues. Je me sens donc investi d’une énorme responsabilité, celle d’utiliser la plateforme que j’ai construite grâce à mon art pour sensibiliser l’opinion publique, à la fois au sort des animaux qui sont les stars de mes photos et aux jeunes atteints d’autisme et de troubles mentaux, afin qu’aucun d’entre eux ne se sente aussi seul que moi.

Je suppose que je suis un peu fou, mais mon objectif est de changer le monde pour les autistes, afin qu’ils soient acceptés pour ce qu’ils sont, et je ne m’arrêterai pas avant d’y être parvenu. Changer la vie d’une personne n’est pas suffisant. J’ai lutté toute ma vie pour arriver là où je suis aujourd’hui, et maintenant que j’y suis, j’ai l’intention d’utiliser le reste de mes années pour briser la stigmatisation de l’autisme, afin que d’autres autistes puissent être eux-mêmes sans crainte. C’est ce que tout le monde veut, n’est-ce pas ? Être soi-même.

Les inscriptions sont maintenant ouvertes pour le concours « Environmental Photographer of the Year » – pour plus de détails, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. NOU dit :

    Très belle histoire qui touche ma sensibilité… On retrouve Alfie au travers de ses magnifiques portraits d’animaux. Ils ont une âme, un regard intelligent. Bravo et je suis heureux pour lui de ce bonheur qu’il a trouvé par son art… Bonne chance et belle vie à ce jeune homme talentueux et courageux. Bravo à Nikon de le porter dans ses projets.

  2. DEBRIL dit :

    Très beau témoignage. Concerné par l’autisme (et accessoirement possédant un D3200), j’ai été touché par cet interview plein d’espoir.

  3. Galinier dit :

    Un très bel interview il a pris une belle revanche sur les moqueries qui sont inadmissible bravo pour son travail qui est juste magnifique merci de nous l’avoir présenté il le mérite