Nikon dans les abysses : la saga du Nikonos
Reportage

Pascal Kobeh en parlait lors de son interview : tout photographe sous-marin a un jour eu entre les mains un Nikonos. Un boitier qui avait aussi été mentionné par les internautes lorsque nous présentions 10 boitiers mythiques chez Nikon. L’oubli est aujourd’hui réparé : plongée dans les abysses avec la saga du Nikonos. 

Nikonos Nikon Sous Marin Thierry Ravassod

L’ombre de Cousteau : le Calypso Phot

Les premières expérimentations de photographie sous-marine remontent au début du XXème siècle. Mais elles se développent réellement avec l’invention des premiers scaphandres autonomes et leur expérimentation à partir de 1943 par le commandant Cousteau. Déjà réalisateur de films sous-marins, Cousteau rencontre en 1956 l’ingénieur belge Jean de Wouters. Ils développe ensemble le prototype du Calypso Phot, le premier appareil photo sous-marin.

Breveté en 1960 par la société Spirotechnique, le modèle est à la pointe de la technologie de l’époque : format 24×36, étanche à 50 mètres, équipé d’un objectif Som Berthiot 35mm f/3.5. Une véritable prouesse technique qui aurait pu tomber dans l’oubli si le brevet n’avait pas été racheté par Nikon en 1961. Spirotechnique n’était pas en mesure de développer commercialement l’appareil en France et les fournisseurs d’objectifs potentiels n’étaient pas légion. Les ingénieurs de chez Nikon avaient développé de leur côté des modèles de caissons pour des boitiers S2. Trop encombrants, l’expérience ne fut jamais concluante.

Nikonos / Calypso/Nikkor – 1963 – 1969

Ils reprennent alors la base du Calypso Phot en développant un boitier en fonte d’aluminium. Ils y ajoutent leur savoir-faire : une optique Nikkor 35 mm f/2.5. Le Nikonos ou Calypso/Nikkor naît en 1963. Entièrement mécanique, les vitesses vont du 1/30 jusqu’au 1/500, la pose B est possible (bien que très peu utilisée sous l’eau). La qualité des images en font une référence. Parmi les accessoires, Nikon commercialise en 1965 le flash modèle P au design caractéristique. La même année sort l’objectif UW Nikkor 28 mm f/3.5, spécialement pensé pour le sous-marin.

Objet de culte pour de nombreux collectionneurs, le Nikonos fait d’ailleurs une apparition dans les mains de James Bond dans Opération Tonnerre en 1965.

Nikonos Nikon Thierry Ravassod

Nikonos II / Calypso/Nikkor – 1968 – 1976 – objectif 35 mm f:2.5 Nikkor

En 1968, le Nikonos II est le digne successeur du premier modèle. Semblable en apparence, de nombreux mécanismes sont optimisés, notamment le levier d’armement et le système de transport du film. Outre le 35 mm f/2.5, Nikon développe un premier téléobjectif sous-marin, le UW Nikkor 80mm f/4. Une gamme complétée en 1972 par le fameux UW Nikkor 15mm f/2.8.

Nikonos III – 1975 – 1983 – objectif 35 mm f:2.5 Nikkor

Le Nikonos III est commercialisé en 1975. C’est le dernier représentant du design Calypso entièrement mécanique. Il se différencie de ses prédécesseurs par une construction du boitier plus large et un rembobinage amélioré. L’ergonomie et le confort sont repensés (compteur de vues, leviers de vitesse, armement, ajout d’un viseur). La gamme d’objectifs est entièrement mise à niveau.

Nikonos Nikon Thierry Ravassod

Nikonos IV – 1980 – 1983 – objectif 28 mm f:3.5 Nikkor and Optical  finder

Le Nikonos IV marque un tournant au moment de sa sortie en 1980 en s’éloignant de la conception des premiers Nikonos. L’obturateur est commandé électroniquement et la fabrication se rapproche des réflexes du marché. Le viseur est repensé pour pouvoir être utilisé confortablement avec un masque, la vitesse est optimisée pour atteindre 1/1000 sec et la gestion du flash est modernisée. Une nouvelle version du UW Nikkor 15 mm f/2.8 est également développée en 1982.

Sa conception est à bien des égards novatrice, mais des soucis d’étanchéité sont pointés par les utilisateurs.

Nikonos V – 1984 – 2002 – 80 mm f/4 Nikkor

Des imperfections qui seront gommées par le Nikonos V, sorti en 1984 et qui restera utilisé jusqu’au début des années 2000. Reconnu par les utilisateurs comme le modèle le plus fameux de la gamme des compacts étanches, ce boitier est fabriqué dans un alliage de cuivre, d’aluminium et de silicone. Tout a été repensé : système d’exposition, vitesse d’obturation, joint torique pour une étanchéité maximum, résistance à la pression, mesure de la lumière transmise par l’objectif (TTL). Il est  aussi entièrement compatible avec la gamme d’objectifs sortis par le passé. L’offre en matière de flash est conséquente et construira les standards à venir avec les SB-102/103/105. Son design vert kaki ou orange en font une pièce de choix pour les collectionneurs.

Nikonos RS – 1992 – 1996

Le Nikonos RS sorti en 1992 constitue l’unique boitier réflex autofocus amphibie à objectifs interchangeables. Il est étanche jusqu’à 100 mètres grâce à son boitier en fonte d’aluminum. Son ergonomie massive est adaptée pour être manipulée facilement sous l’eau. Dérivé sous-marin du F601, il dispose de la panoplie parfaite pour photographier sous l’eau : exposition manuelle ou automatique, mesures, mise au point, programmes flash optimisé pour le SB-104, compteur de vue rétroéclairé, rembobinage automatique.

Les optiques acceptées sont très nombreuses : RU-W AF Nikkor 28 mm f/2.8, RU-W AF Micro-Nikkor 50 mm f/2.8, RU-W AF Zoom Nikkor 20/35 f/2.8, suivit en 1997 du RU-W AF Nikkor Fisheye 13 mm f/2.8. Des objectifs encore compatibles aujourd’hui avec les boitiers numériques en caisson !

La production fut stoppée en 1996, la faute à un prix (très) élevé et au développement dans les années 2000 des caissons étanches permettant d’accueillir les boitiers numériques. Il n’en demeure pas moins que le Nikonos RS reste une géniale folie qui n’a jusqu’à présent pas été reproduite. Un manque éveillant les phantasmes d’internautes sur le développement par Nikon d’un boitier numérique étanche ces dernières années. Le Nikon 1 AW1 sorti en 2013, compact hybride à objectif interchangeable est étanche à 10 mètres. Mais il n’a en nul point supplanté le Nikonos RS dans le coeur des nikonistes.

Pour plus d’informations sur les boitiers Nikonos, consultez les remarquables travaux de documentation proposés par Thierry Ravassod.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  1. vial dit :

    BONJOUR j ai un nikonos 2 complet avec flash que je voudrez vendre mais je n ai aucune idée du prix auriez vous un lien pour le vendre cordialement jp